LUNADE TULLE z

TULLE
LE TOUR DE LA LUNADE DE BONNEFOND

C'est le 23 juin 1793, fête de la Saint-Jean, l'abbé Jumel, le "Père Duchêne" de la Corrèze a fait depuis quelques mois fermer les églises ; les cloches ont été enlevées ou brisées, les images des saints profanées, la croix proscrite au nom de la liberté.

C'est le 23 juin, jour de la fête de Saint-Jean et c'est l'heure de la traditionnelle procession.

Pour remercier le grand saint dont l'intercession a délivré leur ville de la peste, les habitants de Tulle ont promis de porter tous les ans sa statue autour de la ville et jamais encore n'ont manqué à leur promesse.

C'est le 23 juin, il est 8 heures du soir, un pauvre artisan sort de sa petite échoppe de la rue de la Barrière, c'est BONNEFOND le boiteux, BONNEFOND le bossu. Il porte sur son épaule difforme un lourd fardeau enveloppé dans un sac. "Qué pourtas ati ?" Que porte-t-il ? C'est ce que lui demande un de ses amis, membre du comité. Qu'a-t-il répondu ? Une obscénité ; ce doit être un laissez-passer recommandable auprès du Jacobin, car le bossu poursuit en boitant son chemin. Où va-t-il ? Tiens, il prend la côte de l'Alverge, puis des sentiers perdus, il murmure à voix basse d'inintelligibles paroles. Aurait-il bu ? Des paysans curieux lui demandent ce qu'il porte ; il écarte les importuns par la même grossièreté que son intelligence primitive lui a suggérée. Il dépasse le Marquisat, se dirige vers la Croix de la Bachellerie, revient par le rocher des Malades et rentre chez lui harassé de sa longue promenade.

Il dépose son fardeau sur sa table, respectueusement le sort du sac et s'agenouille devant lui.

Un pauvre artisan venait, avec la statue du grand Saint-Jean qu'il avait cachée chez lui pour la soustraire à la fureur des révolutionnaires, de faire le tour de la Lunade, risquant la guillotine afin que le voeu perpétuel de ses concitoyens soit respecté cette année-là.

Et c'est toujours cette même statue que les Tullistes portent autour de leur ville tous les ans le 23 juin ...

 

lunade tulle 3 z

Jeunesse corrézienne - n° 2 - Mars-Avril 1944