bélier z

SAINT-GAUDENT, district de Civrai.

Tous les ans, le dimanche gras, la commune de Saint-Gaudant, assemblée, fait connaître au citoyen curé, par scrutin individuel, l'enfant le plus laborieux de sa paroisse, et ce pasteur philanthrope lui donne des brebis pour récompense.

Cette année (1793), la presque totalité des suffrages s'est réunie en faveur de PIERRE GILBERT, âgé de douze ans, né le plus pauvre de la commune.

Un bélier et une brebis, sortis de la race espagnole et des plaines de Niort, ont été le prix de l'amour du travail et de plusieurs autres vertus que possède déjà ce jeune rejeton de l'espérance de la patrie.

 

Correspondance du département de la Vienne - n° XXI - 1793 - Vendredi 15 mars