Le Perrier

 

PROCÈS-VERBAL DE L'EXHUMATION DU CORPS DE MONSIEUR LOUIS DU VERGIER MARQUIS DE LA ROCHEJAQUELEIN.


Aujourd'hui huit février mil huit cent seize pardevant nous maire et officier de l'état civil de la commune du Perrier, canton de Saint-Jean-de-Monts, arrondissement des Sables, département de la Vendée, est comparu

Monsieur le Chevalier Jacques-Étienne de Clabat, agissant au nom et comme fondé des pouvoirs de Dame Victoire de Donnissan, veuve de Monsieur le marquis Louis du Vergier de la Rochejaquelein, maréchal des camps et armées du Roi, Chevalier de l'Ordre Royal et militaire de Saint-Louis, Chevalier de Malte, Chevalier du Brassard de Bordeaux, Capitaine Lieutenant de la Compagnie des Grenadiers à cheval de la Maison du Roi et Général en Chef de la Grande Armée Royale de la Vendée, né le 30 novembre 1777, tué le quatre juin mil huit cent quinze au Combat des Mathes, commune de Saint-Hilaire-de-Riez, et enterré dans le cimetière de cette ditte commune du Perrier, le 7 du même mois, demeurant la ditte Dame de Donnissan de La Rochejaquelein à Citran, commune de Avensan, canton de Castelnau, de Médoc, arrondissement de Bordeaux, département de la Gironde ;

Lequel dit sieur de Clabat nous a exhibé les permissions qu'il a obtenues de l'autorité civil et ecclésiastique pour l'exhumation du corps de Monsieur le marquis de La Rochejaquelein et sa translation dans le tombeau de ses ancêtres à Saint-Aubin-de-Baubigné, canton de Châtillon-sur-Sèvre, arrondissement de Bressuire, département des Deux-Sèvres, et nous a requis de vouloir bien assister à l'exhumation du corps et à l'enlèvement qui allait en être fait afin de constater les faits et d'en dresser procès-verbal.

Sur quoi nous maire susdit defférant au réquisitoire cy-dessus, nous sommes transportés avec Monsieur le Chevalier de Clabat, dans le cimetière de cette commune où étant arrivé sur les huit heures du matin, nous avons trouvé Monsieur Lambert, desservant de la paroisse du Perrier, Monsieur Robert de Chataigner, Chef de la Division des Marais de l'Ouest et Commandant les Côtes de la Vendée, Monsieur le Comte d'Anglars, Colonel vendéen, de Monsieur Delaunay, officier vendéen, Aimé de La Roche-Saint-André, officier vendéen, Capitaine dans la Légion de la Vendée, Monsieur Cathelineau, officier vendéen, fils du Général du nom, le sieur Jacques Goulard, le sieur Gautier, Monsieur Fortin, major de la Division des Marais de l'Ouest, et une foule de soldats de la ditte Division, et Monsieur Jacques Laidin, Capitaine de la paroisse de Saint-Jean-de-Monts, et grand nombre d'habitants des communes environnantes

En présence desquels ouverture a été faite de la fosse ou le corps de Monsieur le marquis de La Rochejaquelein a été déposé le sept juin mil huit cent quinze, ce qui nous a été attesté par monsieur le desservant, le secrétaire de la mairie, le sacristain, Monsieur le Chevalier de Clabat et tous les assistants qui s'étaient trouvés à l'enterrement. Le cercueil qui s'était trouvé renfermé dans cette fosse et contenant les Restes du défunt susdit a été retiré de la ditte fosse, remis dans un autre cercueil en bois recouvert en fer blanc qui a été bien scellé et soudé et le tout a été déposé dans un cercueil en tôle qui a également été parfaitement fermé. Ensuite le corps ainsi renfermé a été remis à la disposition de Monsieur le Chevalier de Clabat, au nom qu'il agit, pour être transférer à sa diligence suivant le voeu de la famille de l'illustre défunt.

De tout quoi, nous, maire susdit, avont dressé le présent procès-verbal, en présence de Messieurs Lambert, desservant, du secrétaire de la mairie, le sacristain et le Chevalier de Clabat et de plusieurs autres cy-dessus dénommés, lesquels ont assisté à l'enterrement du défunt le sept juin mil huit cent quinze, et nous ont attesté que l'acte de décès dressé alors contenait diverses erreurs de noms et que ceux établis au présent procès-verbal étaient véritablement les noms, prénoms, qualité et demeures qui auraient dû être inséré au dit acte du sept juin mil huit cent quinze.
La présente déclaration reçu pour valoir ce que de raison.

Fait et rédigé les jours, mois et an que dessus.

Signatures :

Louis de La Rochejaquelein signatures

AD85 - Registres d'état-civil du Perrier - 1812/1819 - vues 175-176-177