GUITTIERE Z

BERNARD-DONATIEN DE LA TOUSCHE, Seigneur de la Guittière, naquit le 1er mars 1742, fut lieutenant porte-drapeau au régiment Royal-infanterie. Retiré du service avant 1789, il émigra, servit d'abord comme volontaire dans la 1ère compagnie du Poitou-infanterie à l'armée des Princes ; passé à l'armée de Condé, il fut fait prisonnier à l'affaire de Constance ; conduit à Nancy et condamné à mort, il allait périr lorsque le général russe Souwarow fit savoir au général républicain qu'il userait de représailles s'il était mis à mort. Un échange eut lieu, et Bernard-Donatien se retira en Russie. Présenté à Louis XVIII à Varsovie, ce prince dit en lui donnant la croix de St-Louis : "Qu'il saurait toujours gré au général russe de lui avoir conservé un bon et fidèle sujet". Il est mort à la Guittière le 22 août 1826.

 

Bernard-Donatien de la Tousche décès z


Il avait épousé, en décembre 1774, Marie-Henriette Alabonne de Malicornay, fille de N. capitaine d'infanterie, et de N. Duris, dont :
1° N., mort enfant ;
2° Hortense, qui, emprisonnée avec sa mère, périt avec elle dans les cachots de la Terreur ;
3° Eugène-Amédée, qui suit :


EUGÈNE-AMÉDÉE DE LA TOUSCHE naquit le 7 décembre 1780 ; resté seul à la mort de sa mère (âgé de 11 ans), il ne dut la conservation d'une partie de la terre de la Guittière qu'à la probité de Pierre Deschamps, serviteur de son père, qui acheta à vil prix de la nation le château de son maître et s'empressa de le remettre au fils.

Quand son père partit en exil et se réfugia en Russie, où il se fit professeur de français pour recueillir les ressources nécessaires à son existence, il avait confié le soin de ses intérêts à l'un de ces honnêtes métayers, jadis si nombreux dans nos campagnes et pour lesquels la conscience n'était pas seulement un mot. Il se nommait Pierre Deschamps. C'était en 1793 et les assignats avaient déjà subi une dépréciation considérable. Celui de 100 francs ne valait plus que 58 francs. Au jour indiqué pour la vente publique de tous les biens de son maître, Pierre Deschamps se présenta au district de Montmorillon avec le ferme propos d'être l'acquéreur. En effet, il devient adjudicataire au prix d'estimation, environ 15.000 francs ...

Pierre Deschamps raconte ce qu'il a fait. "Rendez-moi la somme que j'ai déboursée et vous reprendrez le manoir de vos ancêtres". Non seulement la famille n'a pas oublié ce trait magnifique de dévouement et de désintéressement, mais elle a voulu le monumenter par une inscription simple et très apparente dans le vaste hall du rez-de-chaussée de son château.

Eugène-Amédée ayant acquis en 1819 la certitude que son père vivait encore en Russie et ne pouvait, vu son grand âge, essayer seul un aussi long voyage, n'hésita pas à l'entreprendre et fut assez heureux pour le ramener dans sa patrie après 29 ans d'absence.

Eugène-Amédée de la Tousche décès z

Il mourut le 29 juillet 1848, laissant de Céleste-Désirée Montois, fille de Jean, conseiller au présidial de Poitiers, et de Louise Venault, qu'il avait épousée le 16 mai 1809 :

1° Donatien, né le 19 novembre 1810 ;
2° N., mort enfant ;
3° Charles, né le 19 janvier 1824, marié le 16 décembre 1850 à N. de St-Brisson, fille d'Alphonse et de Clémence de la Chesnaye, dont Olivier, né le 10 février 1852 ...

♣♣♣

Cette famille, de très-ancienne origine, a été maintenue dans sa noblesse les 23 août 1624, 7 juin 1634 et 24 septembre 1667.

Elle a formé plusieurs branches, connues sous les noms la Tousche d'Avrigny, des Meurs, de la Ravardière, de Marigny, de la Massardière, de Poussac, de Chillac, de Gressat, de Rochefort, de Montagrier et de la Guittière.

La famille de la Tousche porte d'or au lion de sable, armé, couronné et Iampassé de gueules. Pour devise : Deo juvante

Histoire de Montmorillon - Léopold Liège - 1916
Dictionnaire historique, biographique et généalogique des familles de l'ancien Poitou - Tome 2 - Henri Filleau - 1840-1854
Armorial général de la Touraine - tome 19 - par J.-X. Carré de Busserolle - 1866-1867