Laval 3

 

Fils de Julien, marchand tissier et de Marie-Josèphe Duchesne, Julien est né à Laval (Mayenne), paroisse Saint-Vénérand, le 29 juillet 1753.

julien 1753 z

 

Il s'était engagé dès l'âge de 16 ans dans les cuirassiers du roi, où il servit du 8 décembre 1769 au 8 décembre 1777.

D'après ses états de service, dressés par lui-même le 1er messidor an V(19 juin 1797), "appelé au commandement de la garde nationale de Cholet en juillet 1789, il la commandait encore le 4 mars 1793, lorsqu'à la tête d'un détachement chargé d'assurer la tranquillité de la ville, il fut attaqué et mis hors de combat par une bande d'insurgés, qui lui scièrent la jambe droite jusqu'à l'os [avec son propre sabre], laquelle est toujours restée très faible et défigurée. [A la première nouvelle de la déroute du 14 mars, il se releva de son lit pour se traîner, appuyé sur une canne, à la municipalité et organiser la défense ; mais bientôt entouré sur la place du Château, il ne dut la vie qu'à une femme qui l'arracha aux menaces et aux coups des paysans.]

Le 13 avril, à l'aide de plusieurs de ses amis, il eut le bonheur de se soustraire à la fureur des brigands, qui l'avaient fait prisonnier et jugé à mort. Il se rendit à Vezins, puis à Saumur, ou quelques jours après les représentants du peuple et les généraux le nommèrent adjudant-major de la place, du 22 mai au 9 juin, jour où la ville fut prise par les brigands.

Adjoint à l'état-major du général Berthier, du 10 au 29 juin 1793, nommé par le général en chef et les représentants commandant temporaire de la place et château de Saumur, confirmé par le Conseil exécutif le 29 septembre 1793 ; le 4 octobre fait général de brigade, confirmé par le Conseil exécutif le 22, et par le Comité de salut public le 11 brumaire an IV (2 novembre 1795)."

en-tête

Au mois d'octobre 1793, la ville de Cholet se retrouvant entre les mains des républicains, il avait été chargé de la commander, ainsi que les troupes cantonnées à Bressuire, Châtillon, le Bois-aux-Chèvres, Mortagne, les Herbiers et autres. Sur sa demande, le 30 nivôse, son commandement fut réduit à la seule place de Cholet. Il fut ensuite appelé au commandement de Saumur, qu'il garda jusqu'à la remise de cette place sur pied de paix, le 12 frimaire an V (2 décembre 1796).

La blanchisserie qu'il dirigeait à Cholet avant l'insurrection avait été détruite par les rebelles ; il la releva en l'an VII. Sa blessure du 4 mars 1793 l'obligeait à se tenir constamment dans un fauteuil.

Julien Poché du Rocher mourut à Cholet le 23 janvier 1811, à l'âge de 57 ans.

décès 1811

 

Ses parents s'étaient mariés à Laval, paroisse Saint-Vénérand, le 26 novembre 1748 ; Julien avait 45 ans environ et Marie-Josèphe, 26. De leur mariage étaient nés, à Laval, paroisse Saint-Vénérand : - Marie-Françoise, le 8 octobre 1749 ; - Josèphe-Julienne-Jeanne, le 25 juin 1751 ; - Julien ; - Marie-Jeanne, le 12 juillet 1756 ; - Michel, le 5 septembre 1758.

Il avait épousé à Cholet, paroisse Notre-Dame, le 21 octobre 1783, Dorothée Combault, fille de Jean, négociant, et de Renée Morin, née à Cholet le 5 juillet 1750.

 

signature

 

La Vendée patriote 1793 - 1795 par Ch.-L. Chassin - Tome III - 1894

AD49 - Registre d'état-civil de Cholet

AD49 - Dictionnaire historique de Célestin Port - version originale et révisée

AD53 - Registres paroissiaux de Laval, paroisse Saint-Vénérand.