3 mai 1894

TENTATIVE D'ESCROQUERIE CONTRE UN DÉPUTÉ
M. LE MARQUIS DE LA ROCHEJAQUELEIN

fontaine rue de Grenelle Paris z


Dans une lettre, écrite il y a huit jours, un sieur Jules Chauvin, cocher, originaire de Bressuire, et demeurant rue Saint-Dominique, 173, suppliait M. le Marquis de La Rochejaquelein, député des Deux-Sèvres (Julien-Gaston du Vergier de La Rochejaquelein), de lui venir en aide. Chauvin, soi-disant victime de la variole noire, se prétendait aveugle.

Son frère, employé à la Compagnie des tramways sud, s'était tué, ajoutait-il, en dehors du service, en tombant d'une voiture, et laissant une veuve, internée à Sainte-Anne, et quatre enfants en bas âge.

M. de La Rochejaquelein fit prendre des renseignements et apprit que la rue Saint-Dominique ne comptant que 149 numéros, le numéro 173 n'existait pas. D'un autre côté, à Bressuire, le nommé Chauvin était inconnu.

Le député des Deux-Sèvres, déposa une plainte, et une surveillance fut établie à l'hôtel de La Rochejaquelein, 73, rue de Grenelle.

Hier, le quémandeur était arrêté au moment où il venait chercher le secours qu'il attendait.
C'est un sieur Camille B..., cocher sans travail, âgé de quarante-cinq ans, demeurant en garni rue Davy. Il était porteur d'un faux certificat, signé du nom de M. Aigoin, directeur de la Compagnie des tramways Sud, "autorisant M. Chauvin, frère d'un employé de la Compagnie tué en dehors du service, à recueillir des souscriptions pour sa veuve".

Les souscriptions recueillies par cet escroc auprès de grands industriels et des notables du faubourg Saint-Germain se montent à plus de 2.000 fr.

Le Gaulois : littéraire et politique - 3 mai 1894.

♣♣♣

JULIEN-MARIE-GASTON DU VERGIER DE LA ROCHEJAQUELEIN, Marquis
Né à Chartres le 27 mars 1833 et décédé à Boismé le 30 juillet 1897.
Homme politique - Petit-fils de Marie-Louise-Victoire de Donnissan, marquise de La Rochejaquelein.

Julien-Marie-Gaston du Vergier de La Rochejaquelein décès z