Faye-l'Abbesse
La femme Moreau, chasseuse de vipères

 

chasse vipères z

 

M. de Néri du Rozet, conseiller de préfecture de la Loire-Inférieure, et M. Guérin, instituteur, nous ont donné des détails curieux sur une chasseuse de vipères, demeurant à Faye-l'Abbesse (Deux-Sèvres), et appelée la femme Moreau.

M. Guérin est en rapports journaliers avec elle, car c'est à lui que doivent être apportées les têtes de vipères pour lesquelles la prime de 50 c. est réclamée.

Depuis le 13 mars 1863, la femme Moreau, année moyenne, a présenté 2.062 têtes de vipères, et touché 515 fr. 50 de prime. La rencontre d'une bête pleine est pour elle une bonne aubaine ; les têtes de vipereaux comptent, en effet, comme les autres. Un bâton pour arrêter le reptile, une petite pelle pour le décapiter, et un pot pour recevoir la tête, tels sont les engins de chasse de cette femme, qui, grâce à cette industrie, est sortie de la misère. Elle se plaint maintenant que les vipères deviennent rares et qu'il faut aller les chercher au loin, ce qui rend son métier moins lucratif.

Revue de Paris - Jean du Boys - janvier-février - 1868 - T9