De la famille des seigneurs de la Roulière de Pompaire, les de Lauzon possédaient à Saint-Pardoux plusieurs fermes, et le petit château du Coutault, sis à la pointe nord de la commune, à la limite de celle du Tallud.

LE COUTAULT 001 zzz

Une large allée bordée d'arbres conduit à cette vieille demeure du XVIIe siècle, remaniée au fil des ans, construite en équerre sur une sorte d'escarpement rocheux, dotée en son centre d'une unique tour basse pourvue d'un escalier extérieur. La plupart des fenêtres du logis, certaines à meneaux, s'ouvrent sur une courte vallée avec, en contrebas, sorte de mare à taquiner les grenouilles, une modeste pièce d'eau.

Le Coutault relevait autrefois de Boisgrollier, paroisse de Vouhé. Le domaine appartenait en 1615 à Marie Sabourin, veuve de Aubin de la Balle, seigneur de la Chaboissière de Saint-Pardoux, en 1688 à Guillaume Guilbault, seigneur de La Marière de Saint-Aubin-le-Cloud. En l'épousant, en 1733, Perside Gourjault apporta le Coutault à Paul-Joseph de Lauzon, seigneur des Boissonnières de Viennay.

de Lauzon armes zz

 

Acquis dans la deuxième moitié du XXe siècle, par M. Maranne, un riche marchand de fer de Parthenay, le logis du Coutault ... n'est plus qu'une ruine pitoyable, aux fenêtres sans vitres et aux planchers recouverts de gravats. Dans la pièce principale subsistait une grande cheminée avec, en relief sur sa hotte un écu saillant sans armoiries. Celles des de Lauzon étaient "d'azur à la cloche d'argent bataillée d'or et au chef d'or chargé de trois croisettes de gueules".

♣♣♣

LA CROIX DE LA DEMOISELLE

 

ST PARDOUX Croix de la Demoiselle 001zz

 

A l'entrée du chemin du Coutault (le Coteau), non loin de la route menant à Château-Bourdin, se dresse une croix dite "de la demoiselle" en souvenir de Séraphine de Lauzon, qui la fit édifier sur un terrain acquis par ses soins. Brisée en 1921 par des vandales et remplacée l'année suivante ...

 

Saint-Pardoux le Coteau croix de la Demoiselle zz

La croix de la demoiselle zz

 

♣♣♣

 

Lauzon baptême zz

 

Née au château du Péré, paroisse de Marigny, le 26 octobre 1768, Séraphine-Angélique de Lauzon, châtelaine du Coutault, était la fille de Joachim-Antoine de Lauzon, capitaine des chasses du comte d'Artois qui combattit avec l'armée vendéenne avant d'émigrer et d'aller servir les princes dans la deuxième compagnie à cheval des gentilshommes du Poitou et de Jeanne-Françoise Piet, fille de Jacques-Joseph Piet, seigneur de Pietfont.

Suspectée d'incivisme pendant la Révolution, Séraphine de Lauzon, arrêtée avec sa mère et ses soeurs, fut incarcérée à Niort pendant quinze mois. Elle n'oublia jamais les souffrances subies pendant cette longue détention, d'où sa profonde aversion voire sa haine envers Louis-Philippe, fils du régicide, et son indéfectible et agissante fidélité au dernier Bourbon de la branche aînée, Henri V, fils de la duchesse de Berry, roi titulaire de France, duc de Bordeaux, et, par sa volonté, comte de Chambord.

Séraphine de Lauzon fit un cadeau princier à François Robert (Robert le Chouan) pour son mariage, une maison bâtie tout exprès pour lui et son épouse, en 1823, comme le montre une date grave sur sa façade. Baptisée la Garde, cette solide demeure est restée telle quelle, sans avoir subi les injures du temps avec, à l'entrée un imposant escalier en bois, de chaque côté deux grandes salles avec de hautes cheminées, et au premier étage deux chambres spacieuses et un petit cabinet, une cave voûtée par derrière et de vastes servitudes.

Robert - la Garde 001 zz


Extrait : Étonnantes histoires de Chouans - Maurice Poignat - 1990

 

♣♣♣

LES DE LAUZON - BRANCHE DE LA ROULIÈRE

- FRANÇOIS DE LAUZON, écuyer, seigneur de Chaumeil, fils puiné de Jean et de Suzanne Garnier, baptisé le 5 février 1641, fut maintenu noble par sentence de M. de Maupéon du 5 mai 1699. Il avait assisté aux bans de 1689 et de 1695. Il laissa de Marguerite Richier, son épouse, Jacques, qui suit :

- JACQUES DE LAUZON, écuyer, seigneur de la Roulière, fit partie du ban 1703. Le 14 octobre 1697, il avait épousé Renée-Thérèse Constant, fille de François, écuyer, sieur de Mont, et d'Anne Augron, dont il eut :

1° Joachim, qui suit ; 2° Paul-Joseph ; 3° Marie-Thérèse, mariée en 1730, à Charles de la Châtre, écuyer, seigneur de Laubuge, Bas-Fleury, etc. ; 4° Jacques-François, marié le 5 décembre 1727, à Marie-Angélique-Jeanne de la Porte. Ils étaient morts l'un et l'autre sans postérité avant le 12 mars 1761.

- JOACHIM DE LAUZON, chevalier, seigneur de la Roulière, épousa le 16 janvier 1727, Catherine Chauvin, fille de Gabriel, écuyer, seigneur, de la Busonnière, conseiller du roi, lieutenant du prévost de la maréchaussée de Thouars, et de Suzanne Morin, dont il eut : 1° Joachim-Antoine, qui suit ; Marie-Louise-Éléonore, mariée le 25 octobre 1774, à Pierre-Jacques Manceau, écuyer, seigneur de la Bobinière ; 3° Suzanne-Catherine, mariée à René-Joseph de Feydeau, écuyer, seigneur de Ressoneau ; 4° Louise-Amable, sans alliance ; 5° Catherine-Emerentienne, qui était morte et dont on partageait la succession le 14 mai 1761.

- JOACHIM-ANTOINE DE LAUZON, Comte de Lauzon, écr., seigneur de la Roulière, naquit le 19 août 1737, fut cornette au régiment des Cars-cavalerie et capitaine des chasses de Mgr le comte d'Artois ; émigra et fit la campagne de 1792 à l'armée des Princes, dans une campagnie noble à cheval du Poitou. Le 16 novembre 1761, il avait épousé Jeanne-Françoise Piet, fille de Jacques-Joseph, écuyer, seigneur de Piedfont, Pairé, et de Françoise-Catherine Piet, dont : 1° Joachim-Augustin qui suit ; 2° Angélique-Séraphine ; 3° Marie-Angélique, mariée le 9 avril 1801 à Henri de Lauzon, son cousin.

- JOACHIM-AUGUSTIN DE LAUZON, né le 16 septembre 1772, émigra et fit la campagne de l'armée des Princes d'abord comme cadet, ensuite en qualité de maréchal des logis. Le 11 juin 1804, il épousa Henriette-Marie-Louise du Bouex de Villemort, fille de Marie Mémin, marquis de Villemort, et de Charlotte-Marie-Dominique de Carvoisin, dont il eut : 1° Ernest-Marie-Joachim ; 2°Mémin-Marie-Joseph, qui suit ; 3° Césaire-Marie-Esprit, né le 12 septembre 1815, a épousé le 7 septembre 1840, Antoinette-Louise-Marie de Vanssay, fille de Charles-Achille, baron de Vanssay, ancien préfet, et de Charlotte de Vanssay ; de ce mariage, sont issues : Marthe-Séraphine, née le 10 juin 1846 ; et Aliette-Gabrielle, née le 21 janvier 1849. Il mourut le 4 février 1858.

- MÉMIN-MARIE-JOSEPH DE LAUZON a épousé, le 10 octobre 1847, Henriette-Caroline de Sceyrat du Mazeau, fille de Charles-Marie, et de Pauline-Michelle de la Roche-Saint-André, dont : 1° François-Joseph, né à Nantes, le 27 avril 1848 et plusieurs autres enfants.

Histoire de la seigneurie de Lauzon - par Edmond Roy - 1807

Photo du Logis du Coutault : "Châteaux, Manoirs et Logis des Deux-Sèvres - Association Promotion Patrimoine - 1998