Maroni

 

L'Aviso à vapeur de l'État le Surveillant, armé à Rochefort, commandé par M. Monneron, enseigne de vaisseau.


PROCÈS-VERBAL DE DISPARITION

 

Ce jourd'hui, le vingt et un du mois d'octobre mil huit cent soixante-cinq à onze heures et demie du matin, étant à mouillage à l'embouchure de Maroni, rive hollandaise, vis-à-vis des Hattes,


Par devant nous, Paul Calixte Monneron, enseigne de vaisseau auxiliaire, Commandant l'Aviso le Surveillant, et capitaine comptable remplissant à bord les fonctions d'officier de l'État-Civil,


ont comparu les sieurs Got Marius, Quartier-Maître de 2e classe et Rémy André, distributeur de 2e classe,

lesquels nous ont déclaré que Chupin Jules-Louis, fils de feu Louis et de feue Marie-Modeste Drapeau, âgé de vingt-quatre ans, né à Chambretaud, arrondissement de Napoléon, département de la Vendée, domicilié, avant son embarquement, à Chambretaud, arrondissement susdit, département de la Vendée, inscrit sur le rôle de l'équipage, en qualité de matelot de 3e classe, se trouvait avec eux dans l'embarcation qui venait de prendre la provision de l'établissement des Hattes, vers neuf heures et demie du matin, le courant étant très fort, cette embarcation étant arrivée de cinquante mètres du bord environ, coula par suite de l'embarquement de deux ou trois lames et fut entraînée par le courant, Chupin qui ne savait pas nager se soutint quelque temps encore sur un baril vide, mais bientôt après il disparut et toutes les recherches que l'on a faites pour le retrouver restèrent sans résultat.

Nous sommes convaincus que Chupin a trouvé la mort inévitablement. Et pour constater l'évènement dont il s'agit, nous avons dressé sur le rôle d'équipage à la suite des actes de l'État-Civil, le présent procès-verbal qui a été signé par les sieurs Got Marius et Rémy André et par nous, après leur en avoir donné lecture.
A bord, les jour, mois et an que dessus,


Signé :

signatures acte Chupin Chambretaud

 

AD85 - État-Civil Chambretaud - 1856-1868