L'ABBÉ LOUIS BLANCHET

BLANCHET 001 Z z

 

Louis Blanchet serait né en 1913, à La Tardière.

Toute sa vie l'a projeté en Vendée Militaire. Prêtre, il fut professeur de lettres, curé, aumônier, et pendant vingt ans, directeur à Nantes, d'une revue familiale implantée surtout dans le Grand Ouest : Foyers d'aujourd'hui. Après la guerre, la défense des libertés scolaires fit de lui un auteur dramatique.

Dans la Grande Vendée, les paroisses montaient deux spectacles par an dont les recettes faisaient vivre les instituteurs. A leur demande, il composa une trentaine de pièces. Temps héroïques et légendaires, les paroisses aimaient se mirer dans le jeu de leurs acteurs. Quelle source de culture !... et sans subventions !

Le directeur de Foyers d'Aujourd'hui, pour diffuser sa revue, a traversé les 377 paroisses du Soulèvement et aussi la Bretagne. Il a pris le temps de raconter ses paysages dans de nombreux guides touristiques. Celui de la Vendée Militaire lui tint à cœur, s'étant aperçu que ses compatriotes, ne lisant pas leur histoire, devenaient victimes de la désinformation organisée dès l'origine du conflit. Pour le bicentenaire, il nous offre un livre clair et dramatique (Qui es-tu Vendéen ? Pourquoi ta révolte ?) que l'on ne quitte pas après l'avoir ouvert. Il expose les faits, insiste sur leurs causes, fait découvrir les traces toujours visibles de l'holocauste, cet holocauste qui ne cesse d'émouvoir le monde car il pose une question essentielle aux sociétés modernes : la tolérance. (Texte signé Jean des Collines)

BLANCHET 002 Z

Les Blanchet tenaient une exploitation au temps de Louis XIV. Ils y étaient encore en 1965. Les aînés gardaient la terre et les cadets partaient à la conquête du monde. La branche cadette des Louis Blanchet est demeurée en Vendée, à Thouarsais et Saint-Maurice-le-Girard, la Tardière. Ils étaient orientés vers les services municipaux et religieux : secrétaire de mairie, instituteur et sacristain. Les grands-parents de l'abbé, Blanchet-Coutanceau, étaient propriétaires d'une petite "tenue" dans un village au joli nom : "Écoute s'il pleut". La tradition nous rapporte que, pendant la Révolution, s'y disaient des messes clandestines et s'y cachait un prêtre, ce qui put donner à son grand-père le désir d'être sacristain. La guerre 1914-1918 fit de l'auteur un orphelin. Son père était sacristain et secrétaire de mairie.

signature z

 

 

Louis Blanchet serait décédé en 1998.

 

Blanchet 4 z

 

Son père, Louis-Alexandre-Félix, né à La Tardière, le 5 juin 1877, fils de Louis Blanchet et de Félicité Coutanceau, est décédé à l'hôpital de Fontenay-le-Comte, rue Rabelais, en mai 1918 ; l'acte est daté du 23 mai. Il était caporal au 133e régiment d'Infanterie, matricule 1437. Son corps fut transporté de Fontenay à La Tardière.

Il avait une soeur, Anne-Marie-Berthe-Alexandrine-Monique, née à La Tardière, le 6 mai 1911. Il est indiqué dans la marge de l'acte de naissance qu'elle fut adoptée par la Nation suivant le jugement du Tribunal civil de Fontenay-le-Comte en date du 7 mai 1919. Elle est décédée à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le 15 mai 1995.

 


Qui es-tu Vendéen ? Pourquoi ta révolte ? - L'abbé Louis Blanchet - 1994

AD85 - Registres d'état-civil de La Tardière