PIERRE-MARIE BAILLE [ou BAYLE]

avignon 3 z

Fils de Jean-Baptiste et de Marie-Thérèse Murère, Pierre-Marie est né et a été baptisé à Avignon, paroisse Sainte Marie-Madeleine, le 23 septembre 1758.

BAYLE PIERRE BAPTEME 3 Ste-Marie-Madeleine 1758 z

"Anno quo supra [1758] die vero vigesima tertia mensis septembris baptisatus fuit Petrus Maria Baille filius naturalis et legitimus D[omi]ni Joannis Baptista et D[omice]llae Mariae Theresiae Murere conjugum eodem die natus, hora quarta matutina, cujus patrinus fuit D[ominus] Petrus Maria Cavene parochiae Nostrae-Dominae de principali, matrina vero D[omice]lla Maria Catharina Raymond, filia quondam Guillelmi hujus nostrae parochiae. » [en marge] : "Petrus Maria Baille."

"L’an que dessus [1758] et le véritable jour vingt-troisième du mois de septembre a été baptisé Pierre Marie Baille, fils naturel et légitime de Sieur Jean-Baptiste et de Demoiselle Marie Thérèse Murere mariés, né le même jour à quatre heures du matin, dont le parrain a été Sieur Pierre Marie Cavene, de la paroisse Notre-Dame la Principale, la marraine Demoiselle Marie Catherine Raymond, fille de feu Guillaume de notre paroisse.  (Archives départementales de Vaucluse, registre GG 110, f° 241).

Elève chez les Oratoriens, il devint à la Révolution député des Bouches-du-Rhône à la Législative, puis à la Convention, avec l'appui de son ami Barbaroux. Il vota pour la mort de Louis XVI. Au titre de député extraordinaire des Bouches-du-Rhône auprès de la Législative, il seconda Barbaroux auprès des fédérés marseillais, se rendant même sur le champ de bataille des Tuileries pour secourir ses concitoyens blessés. 

Dans ses Mémoires, Charles Barbaroux dit de lui : "Pierre Baille était un homme nul pour les affaires ; nous avons eu dans la suite la faiblesse de le laisser nommer député à la Convention, et il s'est rangé sous les étendards de la montagne." Proconsul à Toulon, il écrivait de cette ville ces mots qui le peignent, "tout va bien ici, le pain manque."

Envoyé à l'armée d'Italie, avec Barras, Beauvais et Despinassy, par décret du 30 avril 1793, comme commissaire, il fut chargé de ramener le calme dans la ville de Toulon ; lorsque les Anglais s'emparèrent de cette place, on voulut lui faire crier "vive Louis XVII !" - "Je n'ai pas voté la mort du tyran, répondit-il, pour voir régner son fils." Il fut alors emprisonné au Fort de Lamalgue.

Un décret de la Convention rendit tous les Anglais détenus en France responsables du traitement qui lui serait fait. Malgré cette précaution, on le trouva, après la reprise de la ville, étranglé dans sa prison.

La Convention le déclara martyr de la liberté, et décréta une pension pour sa veuve.

lamalgue z

L'acte de décès de Baille relate les circonstances officielles de sa mort dans une casemate du fort Lamalgue : - Deux septembre 1793 - "Le nommé Pierre Baille, âgé d'environ quarante ans, taille de cinq pieds trois pouces, cheveux bruns, aurait été trouvé pendu par le col, par un mouchoir qu'il aurait attaché à une patte de fer célant un râtelier de bois contre le mur près de la porte de la seconde casemate dans laquelle étoit détenu ledit Baille, avec le sieur Charles-Nicolas Beauvais, audit fort Lamalgue, constatant de plus, que sur le rapport fait par le chirurgien, il n'a été trouvé aucune blessure sur ledit cadavre".

 

BAYLE PIERRE DECES

 

Relatée par son collègue et compagnon de cellule, Beauvais [de Preau], promis lui aussi à une fin prochaine, cette disparition tragique avait été à l'origine d'un beau dessin de Jacques-Louis David, aujourd'hui à Harvard.

Beauvais passa pour mort lors de la reprise de la ville. Puis, on le retrouva vivant, mais très affaibli par les mauvais traitements qu'il avait subis. Il mourut quelques mois après, à Montpellier, vers le 8 germinal an II (28 mars 1794). La Convention décerna de grands honneurs à sa mémoire.

PM BAILLE ET BEAUVAIS z

 

Pierre-Marie Baille publia une demi-douzaine de discours et mémoires, dont une Opinion sur le jugement de Louis XVI.

Dictionnaire des dates, des faits, des lieux et des hommes historiques ... - A.-L. d'Harmonville - 1842.

Mémoires de Charles Barbaroux - 1822

AD84 - Registres paroissiaux d'Avignon

AD83 - Registres d'état-civil de Toulon

Les conventionnels régicides

Les conventionnels : listes par départements ... &c. à la Convention nationale - par Jules Guiffrey - 1840-1918.

Petite biographie des conventionnels ... - Antoine-Joseph Raup-Baptestin - 1826.

pdf - Grhis.univ-Rouen