1832

vallet 3 z


On lit dans l'Ami de la Charte, de Nantes, du 8 juillet :


"L'officier commandant le détachement cantonné à Vallet a déposé hier, chez M. le maréchal-de-camp Dermoncourt, deux magnifiques étendards de la légitimité.

L'un de ces emblèmes est d'une grande dimension : c'est un tissu de satin orné de franges et parsemé de fleurs de lys en or de la plus grande richesse. On lit d'un côté les inscriptions suivantes : Gardes nationales. - Loire-Inférieure. - Arrondissement de Nantes. - Dieu et le roi. Au milieu figure le grand écusson de France. De l'autre côté : Le roi à la garde nationale de Vallet. Aux angles sont des écussons remplis d'hermines. La cravate est de toute beauté, et le bâton, aussi brillant que la crosse d'un évêque, porte sur la lance une énorme fleur de lys.

L'autre drapeau est moins grand ; il était destiné pour l'église ; on y lit ces mots : Paroisse de Vallet. Il est également parsemé de fleurs de lys en or, au milieu desquelles figure un écusson aux armes de la dynastie déchue.

M. le curé de Vallet avait assuré à M. l'officier qu'il avait été mal informé, et que l'église ne renfermait aucun drapeau ; mais le commandant ne prit pas cette déclaration pour paroles d'évangiles, et parvint à découvrir ces deux drapeaux qui étaient cachés dans la sacristie.

 

Journal Le courrier - 10 juillet 1832