LETTRES ET DOCUMENTS
SAINT-AIGNAN-DE-GRANDLIEU (44)

Les documents suivants exposent le récit des meurtres accomplis, dans la nuit du 24 au 25 vendémiaire (16 au 17 octobre 1794), dans la paroisse de Saint-Aignan, où plusieurs femmes furent massacrées par les Bleus. Muscar désapprouve ces crimes, très faiblement, et ajoute, en bon républicain, qu'ils "deviennent moins révoltants par la probabilité qu'ils ont été commis sur des complices coupables des Brigands". Cette casuistique ne manque pas d'une certaine saveur ...
André Joubert

 

Bleu 4

 


Rapport du citoyen KIROUARD sur les meurtres commis dans la paroisse de Saint-Aignan, dans la nuit du 24 au 25 vendémiaire.
Dans la nuit du mercredy au jeudy dernier, vers les deux heure du matin, une patrouille que l'on présume avoir sortie de Bois a fait une sortie dans la paroisse de St-Aignan près le Bourgt. Elle a commis un assassinat sur les personnes de la Vve Letié, de la Vve Cheneau et définitivement la veuve Prou dont le mary a été tué par les Brigands il y a un mois.
Quand il fut question de tuer cette dernière, Vve Prou, elle leur demanda en grâce et au nom de l'humanité de la laisser vivre ; que si on avait pas d'égard pour elle, au moins pour lenfant qu'elle portoit. Car il faut vous dire, citoyens, que cette pauvre femme était grosse de six mois. Le landemain, la troupe retourna dans la même paroisse. Elle voulut piller. Beillevert, guide du Chasyteau D'au (château d'Aux), s'y opposa. Pour lors un volontaire répondit : Beillevert, ce sont la les femmes que nous tuames l'avant nuit dernière. Plusieurs témoins sont existants et prouveront le fait et diront la vérité quand il seront requis. La veuve Bertran, dt chez le citoyen Kirouard, dont le mary a été tué par les Brigands, témoin. Anne, Brochard tailleuse, dt au Bourgt, et autres qui vous seront indiqués par le citoyen Guilbaud, maire, et David agent nle.
Le surlendemain des volontaires furent chez la citoyenne Leturque et on du dire que cetait eux qui avaient tués les trois femmes dont est mention.
Je vous demande au nom de l'humanité, Citoyens, que vous prenié en considération lexposé cy dessus pour prévenir à lavenir de pareille horreur.
Nantes le 28e Vendemiaire lan 3e de la République une et indivisible.
KIROUARD

 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ OU LA MORT.
Au quartier-général de Nantes, le 14 brumaire l'an 3me de la République une et indivisible.
CANUEL, Général Divisionnaire,
Au Représentant du peuple RUELLE
REPRÉSENTANT,
Des excès qui révoltent l'humanité ont été commis dans la nuit du 24 au 25 vendémiaire dans la commune de St Aignan (Armée de l'Ouest). Je t'envois l'officier qui commandoit la patrouille soupçonnée de ce délit. Je t'envois pareillement les pièces dénonciatrices. Je te prie de les examiner avec attention et d'interroger l'officier sur les faits.
Salut et fraternité.
CANUEL

 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ OU LA MORT
Château d'Aux, ce 4 brumaire 3me année Républicaine
Muscar, commandant temporaire de l'Arrondissement du Château d'Aux.
AU CITOYEN CANUEL, GÉNÉRAL DIVISIONNAIRE
Conformément à tes ordres, Général, j'ai fait les recherches nécessaires pour découvrir les auteurs des assassinats commis dans la nuit du 24 au 25 vendémiaire dans la commune de Saint-Aignan. Ils sont l'ouvrage d'une patrouille commandée pr l'officier que je t'envoye. Il t'exposera lui-même les motifs et les circonstances des meurtres exercés, dont tu jugeras dans ta sagesse. L'humanité gémit de ces excès, je suis loin de les excuser. Mais ils deviennent moins révoltants par la probabilité qu'ils ont été commis sur des complices coupables des Brigands. Pour plus de sûreté, j'ai fait accompagner cet officier qui est du 11e bataillon de la formation d'Orléans par un officier qui te remettra la présente avec les pièces que tu m'avais envoyées ...
Salut et fraternité.
MUSCAR.

Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou - Tome I - 1ère livraison - Janvier 1889