Département de la Vendée

Challans île d'amour

Les citoyennes Rose Renaudineau, Victoire Bonnave, Emilie Caroleau, de la commune de Challans, et la citoyenne Legeay, de la commune de Beauvoir ; la plus âgée n'a que dix-sept ans.

François Morineau, défenseur de la patrie, couvert de blessures et porteur d'un congé absolu, revient de l'armée d'Italie à Challans (Vendée), où demeure son père. Il n'a qu'une lieue à faire : il arrive au gué de la rivière ; elle est gelée, et son cheval ne veut pas passer sur la glace. Il met pied à terre, passe la chaussée tenant par la bride son cheval, qu'il croit déterminer de la sorte à traverser le gué. L'animal effrayé met les deux pieds de devant sur la chaussée pour s'y élancer ; mais il marche sur le manteau du militaire, qu'il renverse dans la rivière, et dont la chute brise la glace, sous laquelle il tombe.

Quatre jeunes citoyennes accourent : comme elles ont peu de force, elles se prennent toutes quatre par la main ; et la citoyenne Rose Renaudineau, comme la plus grande, descend dans l'eau, prend le guerrier par le bras : toutes quatre, faisant ainsi la chaîne, elles le tirent sur le rivage, évanoui de froid et de douleur, et sont assez heureuses pour le rendre à la vie

Extrait de la Notice des actions héroïques de l'an VII
Revue historique : La Révolution française
1892