JEAN-BAPTISTE GASNAULT
Prêtre du diocèse d'Angers


Né à La Tessoualle, près Cholet, et que nous voyons qualifié de vicaire à Saint-Malo, était resté dans l'Anjou pour l'utilité des catholiques, malgré la loi de déportation. Il y fut saisi en 1793, dans ces temps affreux où les soldats de la Convention faisaient une guerre à mort contre les troupes de l'armée catholique et royale.

La commission militaire établie dans ces pays par les proconsuls, s'étant transporté à Noirmoutiers, appela devant elle le prêtre Ganault, et le fit fusiller comme "fanatique", contre-révolutionnaire et brigand de la Vendée. [Extrait : Les Martyrs de la foi pendant la révolution française - Volume 3 - Aimé Guillon de Montléon - 1821]

[Il est surprenant qu'il fut pris à Saint-Malo-du-Bois ou aux environs en 1793, puis envoyé à Noirmoutier, alors que d'octobre à novembre 1793, 'il est desservant à Saint-Gervais. Il semblerait plus logique que son arrestation ait eu lieu aux environs de Saint-Gervais]


P1350030ZZZ

[Dans les registres paroissiaux de La Tessoualle (AD49), il n'existe aucun acte de naissance du nom de Jean-Baptiste Gasnault. Pourtant ce nom apparaît en tant que parrain au baptême de François-Louis Gasnault (voir la fratrie ci-dessous), mais il ne signe pas l'acte. Est-ce que Jean-Baptiste et Jean-Louis ne seraient qu'une seule et même personne ? On peut le penser ; le Dictionnaire des Vendéens aux Archives Départementales de Vendée le cite sous le prénom de Jean-Louis. Ajoutons à cela que Jean-Louis n'apparaît nulle part dans les quelques textes que l'on peut trouver au sujet du curé natif de La Tessoualle, il ne s'agit partout que de Jean-Baptiste.

Jean-Louis / Jean-Baptiste a pour parrain le prieur-curé de La Tessoualle, peut-être en prévision de le faire entrer, plus tard, dans l'état ecclésiastique ? ; il est parrain de François-Louis et la marraine n'est autre que leur soeur, Louise ; il ne signe pas l'acte de baptême de son frère parce qu'il n'a pas encore 6 ans.]

Petit-fils de Michel Gasnault, Maître chirurgien à Vihiers et de Marie Gaschet ; fils de Maître Charles-Michel Gasnault [né à Vihiers le 22 janvier 1726], chirurgien-juré, et de Demoiselle Louise Pabeuf [décédée à la Tessoualle, le 26 décembre 1777, à l'âge de 55 ans], Jean-Louis/Jean-Baptiste a été baptisé à La Tessoualle, le 24 juin 1754 (le mariage de ses parents eut lieu à Mortagne-sur-Sèvre, le 16 août 1745).

 

GASNAULT JEAN LOUIS - JEAN BAPTISTE acte naissance

 

Son grand-père, Maître Michel Gasnault,  est décédé le 25 octobre 1758, à la Tessoualle, à l'âge de 62 ans.

La fratrie était nombreuse ; tous sont nés à La Tessoualle, paroisse Notre-Dame  :

- Louise, née le 4 septembre 1746, et baptisée le lendemain ; décédée le 7 fructidor an II (24 août 1794)
- Marie, née le 8 octobre 1747, baptisée le 10 ; décédée le 7 fructidor an II (24 août 1794)
- Angélique-Madeleine, née le 17 avril 1749, baptisée le 18 ; décédée célibataire, le 4 octobre 1819, à l'âge de 72 ans
- Claude-Michel, né le 9 avril 1750, baptisé le 10 ; décédé le 3 mars 1776, à l'âge de 25 ans
- Louis-François, né et baptisé le 17 décembre 1752
- Jean-Louis, baptisé le 24 juin 1754 [son parrain était Messire Pierre-Louis Boucard, prieur-curé de La Tessoualle]
- Rosalie, baptisée le 20 juin 1756 ; décédée le 7 fructidor an II (24 août 1794)
- Renée-Perrine, baptisée le 27 septembre 1757 ; décédée le 8 juillet 1760
- Adélaide-Françoise, née et baptisée le 17 octobre 1758
- François-Louis, né et baptisé le 8 novembre 1759 ; décédé le 24 juillet 1760 [son parrain était Jean-Baptiste Gasnault ; celui-ci était également présent lors du décès de François-Louis ; sa marraine est Louise Gasnault]
- Bastien baptisé et décédé le 8 décembre 1761
- Cécile, née et baptisée le 6 avril 1763 ; décédée le 9 avril 1763

[A noter le décès, le même jour, 24 août 1794,  de trois de ses soeurs, Louise, Marie et Rosalie.]

GASNAULT signature

Le 4 octobre 1771, Jean-Baptiste Gasnault, Clerc tonsuré, assiste, à la bénédiction d'une cloche, en l'église de La Tessoualle.

En septembre 1773, Jean-Baptiste Gasnault est parrain au baptême de Rosalie-Perrine-Adélaïde Chelar (?). L'acte est rédigé par M. Morin, vicaire, lequel cite Maître Jean-Baptiste Gasnault en tant que Clerc tonsuré.

Gasnault - bénédiction cloche à La Tessoualle

Il fut vicaire à Saint-Sigismond, de septembre 1783 à décembre 1784 ; [de janvier 1785 au 30 mars 1788, vicaire d'Izernay] ; vicaire à Saint-Malô-du-Bois en 1790 ; desservant à Saint-Gervais d'octobre 1793 à novembre 1793. (Dictionnaire des Vendéens - AD85)

Gasnault signature Izernay

Selon le Chanoine L.-P. Prunier, dans son ouvrage "Le Martyre de la Vendée", Jean-Baptiste Gasnault fut fusillé le 3 janvier 1794 à Noirmoutier, ainsi que l'abbé Mathurin Billault, curé insermenté de la Réorthe, Louis-Joseph Blanchard, curé du Bourg-sous-la-Roche, René-Charles Lusson, vicaire de Saint-Georges-de-Montaigu et frère du capitaine de la paroisse de Saint-Fulgent et Léon Rodier, chanoine et grand vicaire de Luçon.

 

GASNAULT SOEURS

 

Gasnault père chirurgien signature

Louise Pabeuf signature

Louise Gasnault signature

Marie Gasnault signature

Angélique Gasnault signature

Rosalie Gasnault signature