P1560595 z

Journal L'Univers du 13 septembre 1881

On lit dans l'Écho du Velay :

Ce journal a publié récemment un arrêté par lequel le citoyen Antoine Servant, maire républicain de Chilhac, dans la Haute-Loire, déclare "toutes processions ou cérémonies religieuses interdites sur toute l'étendue de la commune".

Voici dans quelle circonstances a été pris cet arrêté phénoménal. On construit un pont sur l'Allier. Depuis quinze jours on travaillait aux fouilles pour trouver le solide ; on finit par sentir le rocher. Les deux entrepreneurs, qui sont de braves ouvriers du pays, allèrent trouver M. le curé de Chilhac pour le prier de venir bénir la première pierre, le vendredi 12 août. M. le curé y consentit volontiers.

MORTEUIL portrait z

Les entrepreneurs se rendirent, ensuite auprès de M. le comte de Morteuil [Palamède de Riollet de Morteuil], qui est un grand propriétaire du pays, et qui a souscrit la somme de 1.000 francs pour le pont ; ils l'invitèrent à poser la première pierre. M. le comte de Morteuil leur répondit que c'était au maire à le faire ; que lui, n'étant rien dans la commune, n'avait aucun mandat pour procéder à cette cérémonie ; mais, sur les vives instances des entrepreneurs, il finit par consentir, en demandant si M. le curé y serait ; on lui répondit affirmativement. Ceci se passait le jeudi, et la cérémonie fut fixée au vendredi à quatre heures.

Ce jour-là, M. le comte de Morteuil se rendit sur les lieux et attendit assez longtemps. On vint enfin le prévenir que M. Servant fils avait envoyé vers les deux heures un arrêté à M. le curé pour lui signifier de n'avoir à sortir de son église pour aucune cérémonie extérieure du culte ; - M. Servant avait oublié d'insérer le mot "extérieure" dans son arrêté. - M. le comte de Morteuil déclara alors ne vouloir pas poser la première pierre, puisqu'elle n'était pas bénie, qu'il avait apporté pour les ouvriers une gratification de 100 fr., que le maire se conduisant ainsi, il se retirait sans autre forme de procès et avec son argent.

Et voilà comment, de par M. Servant, maire républicain de Chilhac, la première pierre de ce pont n'a pas été bénie et comment les ouvriers ont été privés d'une gratification.

SERVANT signature z

 

Portrait du comte de Morteuil : Généanet.org