Comment Maître Gabriel Charbonnier, pour se racheter de ses "mauvaises" conduites, a planté les arbres qui ornent le cimetière et la place du village.

Année 1712 - Saint-Martin-en-Bresse

120844503_339385710626583_6287427445773477840_n z

 

Le 3e may 1712 est mort en N.S. après avoir esté confessé et munit du st viatique Mtre Gabriel Charbonnier praticien à St Martin en Bresse agé de quatre vingt quatre ans et le lendemain a esté inhumé au cimetière dud. lieu en présence de Jean Puillat marguillier qui ne signe. Il faut remarquer que led Charbonnier a esté d’une bonne complexion puisque les anciens de la parroisse assurent l’avoir vu plusieurs fois manger des grenouilles lesquels sortant du marest, avaller tout en vie, avec la plume plusieurs oiseaux comme moineaux, merles et autres qu’ils ont oüit piner dans son estomact.

Il n’avalloit avec pas moins de courage le poisson lorsqu’il se rencontroit en quelque pesche car on luy a vu avalle sans peine des poissons qui n’étoient pas des plus petits, comme poisson blanc, tanches et ce qui est de plus surprenant c’est qu’il n’épargnoit point les perches quelque rude soit leurs écailles et leurs nageoires. Il étoit si expéditif à avaler vif le poisson qu’on avoit coutume de dire que Charbonnier avoit aussyto avallé une perche qu’un œuf frais ; un nomme Marcelot le voyant un jour a la pesche de l’étang Bernicault qu’il avalloit comme pilules sont poisson luy dit « Mre Charbonnier je vous donne ma pesche pourveu que vous la mangié toute », à quoi il repliqua « je n’en puis manger que mon saoul » ce qu’il fit avec appetit, et au grand étonnement de ceux qui me l’ont raconté ; mais ce ne fut pas sans estre incommodé , car il fut trois jours sans pouvoir rien manger croyant mesme estre empoisonné si grande étoit la corruption dans on estomact qui luy causoit des nausées étranges qu’il dissipa a force de vin dans la suite.

C’est la dernière fois qu’on dit qu’il mangeat du poisson en vie. On dit de plus qu’il fit une fois frire un chapeau gras d’un nommé Claude Paleau des Bourdillions, après l’avoir couppé en roüelle et l’huoir assaisonné de beurre, de sel et de poivre, qu’il mangea a la veüe de tous le monde sans en estre incommodé, non plus que de six verres de son urine qu’il bu consécutivement quelques jours après. Il avalloit aussy et sans peine les œufs de poule avec la coque.

Je pourrois rapporter plusieurs autres de ses actions que la charité m’oblige de passer sous silence ayant mesme été témoing de la pénitence qu’il en a fait.

Tout cela me parroiteroit impossible si Charbonnier mesme et ceux qui l’ont vu ne m’avoit assuré de la vérité aussi bien que de la peine qu’il a pris de planter sur le cimetière les ormes, tilieux et autres arbres qui y sont présentement, (arbres plantés sur le cymetière depuis environs trente ans) et qui en font l’ornement aussy bien que ceux qui sont dans la place en foy de quoi je me suis soussignes avec les témoins cy bas nommés.

(E. Girardeau - Prêtre)

 

Charbonnier

charbonnier suite

charbonnier suite 2eme

AD71 - Registres paroissiaux de Saint-Martin-en-Bresse - 1712 - vues 50 et 51