AURILLAC VUE Z

GUY-HENRI CORTEZ, fils de Jean-Antoine Cortez d'Auliac (ou d'Aulhac), conseiller du Roi au bailliage et siège présidial d'Aurillac et de Louise Crozet d'Hauterive, naquit à Aurillac, le 13 mars 1768.

baptême Guy-Henri 1768

Il suivit la carrière des armes :

Soldat et sous-lieutenant au second bataillon du Puy-de-Dôme, le 15 août 1792 ; adjudant-major, le 29 pluviôse an III (17 février 1795) ; passé à la 53e demi-brigade le 5 ventôse an VI (23 février 1797) ; chef de bataillon au 56e d'infanterie, le 20 décembre 1806 ; blessé à Essling, le 21 mai 1809, d'un coup de feu à la cuisse, dont il resta boiteux, Cortez prit sa retraite le 20 septembre 1809.

Il était membre de la Légion d'honneur par décret du 14 brumaire an XIII (5 novembre 1804) et avait reçu une rente de deux mille francs sur la commune de Grebenstein, district de Cassel, en Allemagne, le 19 mars 1808. Chevalier de l'Empire par lettres patentes données à Paris le 9 décembre 1809, son titre de chevalier héréditaire fut confirmé par lettres patentes royales du 1er février 1817.

décès 1832 z

Cortez mourut à Aurillac le 23 septembre 1832, il était veuf de Marie-Barbe Delahault, native de Mons, département de Jemmapes, morte à Aurillac, le 14 décembre 1813, âgée de 43 ans, laissant une fille :

- Joséphine-Adélaïde Cortez, née à Coblentz, département du Rhin-et-Moselle, le 10 fructidor an X (28 août 1802), mariée à Aurillac, le 28 novembre 1821, avec Jean-Antoine Besairie, docteur en médecine, né à Roumégoux, le 15 mai 1789, fils de Jean-Antoine, avocat, et d'Anne Cortez, mort à Roumégoux, le 12 octobre 1847. Joséphine-Adélaïde Cortez est morte à Riom, Puy-de-Dôme, le 25 mars 1892, ayant eu un fils.

P1540244 Z

 

Revue de la Haute-Auvergne - Trente-quatrième année - 1932 - deuxième fascicule - Avril-Juin.

AD15 - Registres paroissiaux et d'état-civil d'Aurillac