Doué église St-Pierre z

 

Né le 27 mars 1745 à Doué, Nicolas-Joseph-Adrien Faligan était le fils de Nicolas-Joseph, chirurgien, descendant d'une lignée de médecins et de chirurgiens établis à Doué depuis plusieurs siècles, et de Louise-Perrine Faligan.

Le couple s'était marié à Angers, le 26 mai 1744.

BAPTEME 1745 Z

Son père avait été, à plusieurs reprises, échevin et conseiller de ville et le fondateur de la loge Saint-Paul de Doué.

Après ses études secondaires faites au collège de la ville, Nicolas Faligan fit ses études de médecine à la faculté de Montpellier, alors très renommée, grâce à l'appui de Foulon qu'il appelle "le Père, plutôt que le seigneur de Doué". Sa thèse de doctorat avait pour titre : Traitement de l'Arthrite. Il y signale que c'est une maladie endémique en Anjou et ne craint pas d'ajouter qu'il en accuse le vin blanc !

Pendant la Révolution, il va jouer à Doué, où il était revenu s'installer et où il jouissait comme docteur-médecin d'une véritable vogue, un rôle de premier plan.

Il est élu membre du Conseil général de la commune (4 février 1790), maire le 13 novembre 1791 (mais refuse d'accepter), procureur de la commune (11 mars 1792, mais démissionne peu après), capitaine de la Garde nationale ; il prononce à plusieurs reprises des discours patriotiques aux fêtes révolutionnaires, médecin-major de l'hôpital militaire, membre du Comité de Surveillance et de la Société populaire.

Président de l'administration cantonale de 1797 à 1799, il se retire ensuite de la vie publique pour se consacrer tout entier à son activité maçonnique. Il reconstitue la loge Saint-Paul et les Bons Amis dont il est vénérable et qu'il représente partout dans la région.

Il décède subitement, le 15 octobre 1809, chez un de ses amis à Thouars (M. Audebert, notaire impérial) où il était venu précisément assister à une réunion de la loge maçonnique de cette ville.

Nicolas-Joseph-Adrien Faligan avait épousé Pélagie Herbert des Raillières.

Son fils, Nicolas-Louis, fut conseiller municipal de Doué de 1816 à 1824, et son petit-fils, Nicolas-Arsène, adjoint au maire de 1846 à 1852, et président du tribunal civil de Cholet.

Décès 1809 thouars z

Esnault-Faure__btv1b100003106_389 z

Esnault-Faure__btv1b100003106_390 z

 

Doué et son histoire - Henri Prud'homme - 1974

AD49 - Registres paroissiaux de Doué-la-Fontaine

AD79 - Registres d'état-civil de Thouars

Fichier Bossu