Les bancs du Roi de Rome et de l'Impératrice.

Les touristes circulant toute l'année en Alsace seront passés devant des bancs, témoins des époques napoléonniennes, sans savoir ce qu'ils représentaient ; certains même y auront pique-niqué sans se douter qu'avant eux, les colporteurs et les paysans de la région sont venus s'y reposer à l'ombre, soit d'un tilleul, soit d'un marronnier.

De Sélestat vers Strasbourg, il y en a deux, restaurés vers 1960 par les Ponts et Chaussées, qui portent la date de 1811. Pourquoi ? C'est au moment de la naissance du Roi de Rome, fils de Napoléon 1er, que furent érigés - en arc de cercle - ces bancs en grès rouge, dont les dossiers étaient suffisamment hauts et larges pour recevoir les fardeaux portés par les voyageurs et les cultivateurs. Ils sont aussi connus sous le nom de "reposoirs" (en alsacien "Rüejbankel").

Roi de Rome Napoléon II z

Le 22 avril 1811, le Préfet du Bas-Rhin, Lezay-Marnesia, adressait aux maires de son département, les instructions suivantes :

"La solennité du 2 juin (baptême du Roi de Rome) doit être marquée non seulement par l'allégresse universelle, mais encore par des monuments qui en éternisent le souvenir et jusqu'à la plus modeste commune peut élever le sien. L'un de ceux que je veux généraliser dans le département est celui des reposoirs placés de distance en distance, le long des routes et chemins communaux, pour la facilité des voyageurs et des cultivateurs qui portent des fardeaux. Je vous invite à prendre des mesures pour que d'une demi-lieue en une demi-lieue, un reposoir en pierre soit établi d'ici aux fêtes qui seront célébrées pour la naissance du Roi de Rome. Il conviendra d'y joindre un banc partout où les ressources communales le permettront ; derrière ces bancs seront plantés 4 à 5 arbres pour former des ombrages. Je verrai de même volontiers établir des fontaines et des abreuvoirs, si la chose est possible, sur les points des routes et chemins éloignés des habitations. Il faut qu'un jour chacun se dise en se reposant sous ces ombrages ou en se rafraîchissant à ces fontaines : "Nous les devons au Roi de Rome". Je vous invite à vous occuper au reçu de la présente de cet objet et d'en transmettre, certifié par vous, l'état de la dépense faite pour le paiement en être ordonnancé par moi sur les caisses communes."

Le Préfet du Haut-Rhin, le Baron Desportes, avait envoyé la même instruction aux maires de son département.

Une autre sorte de banc fut aussi construite : en grès gris des Vosges, il était composé de deux montants verticaux supportant deux linteaux, l'un à faible hauteur afin de s'y asseoir, l'autre conçu à hauteur voulue pour recevoir les fardeaux des passants.

Kocherschbari_Association_des_bpt6k9756526q_37 Z

Certains articles de presse rapportent qu'ils étaient surtout destinés aux femmes qui portaient sur la tête, suivant le mode d'Alsace, de lourds paniers remplis de leurs achats ou produits de la culture qu'elles allaient vendre aux marchés des villes, et à celles qui transportaient le repas des hommes travaillant aux champs.

Certains bancs possèdent encore deux bornes, une de chaque côté, appelées "montoirs", qui servaient aux cavaliers à monter à cheval.

Au croisement des routes D. 30 et D. 41, près de Wiwersheim, se trouve (ou se trouvait) un joli banc qui date au plus tard de 1811. Tracé en demi-cercle, il possède à chaque bout une colonne se terminant par un chapiteau. Des renseignements ont été demandés à la mairie de Truchtersheim par M. Pierre Nuss de Strasbourg, afin de connaître la date de construction réalisée aux frais de la commune de Truchtersheim. (Malheureusement, les compte-rendus des délibérations du Conseil Municipal de Truchtersheim et les budgets communaux - conservés aux archives départementales du Bas-Rhin, commencent en ... 1812 ! Il est donc impossible d'y trouver trace de ce banc).

Kocherschbari_Association_des_bpt6k9756526q_38 Z

En 1854, puis après la naissance du Prince Impérial (1856), sous le Second Empire, d'autres reposoirs furent érigés dans cette même région et surnommés "bancs Napoléon" ou "bancs de l'Impératrice". Il en reste de bien conservés ou de bien restaurés.

Kocherschbari_Association_des_bpt6k9756526q_36 Z

 

André Colledeboeuf - Kocherschbari - décembre 1980.