MARIE-JOSEPH FIANCETTE D'AGOS
(1740 - 1794)

Prébendé de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges, Marie-Joseph d'Agos, était le sixième des onze enfants qu'eurent Pierre-Bertrand d'Agos et son épouse Marie-Françoise de Binos Bomparat.

La famille d'Agos vient s'installer en 1640 à Tibiran-Jaunac, et acquiert plusieurs terres et propriétés appartenant à Joseph Sauterisse, seigneur de Boucoulan.

Tibiran-Jaunac z

C'est donc à Tibiran que naquit Marie-Joseph, le 2 septembre 1740. Il devient prêtre le 21 mai 1757, d'abord comme Prébendé de Saint-Bertrand, puis comme cellerier (économe) du chapitre.

d'Agos baptême

Alors que lui avait été signifié, le 14 novembre 1792, l'extrait de la loi du 26 août 1792, relative aux ecclésiastiques "non sermentés", la municipalité de Saint-Bertrand lui délivra un passeport le 14 novembre 1792, pour le Portugal.
Alors que son frère Jean-Bertrand, curé de Saleich, franchissait les Pyrénées, en septembre 1792, avec Monseigneur d'Osmond et d'autres prêtres, Marie-Joseph resta en France ; après s'être caché dans une maison à Saint-Bertrand, il se réfugia dans une grotte du Mont-Sacon où il fut arrêté et jugé le 8 pluviôse an II de la république.

En application des décrets du 29e et 30e jour du 1er mois de l'an II de la république, Marie-Joseph d'Agos, fut guillotiné 24 heures après son jugement soit 9 pluviôse an II (28 janvier 1794) sur la place Mercadieu à Tarbes (pas de registres).

La sanction infligée à Marie-Joseph d'Agos était d'autant plus exemplaire qu'elle fut exceptionnelle en Hautes-Pyrénées. Mais par là, la République voulut montrer ce qui pouvait en coûter à ceux qui entravaient ses règles ...

Armes des d'Agos

 

Revue de Comminges et des Pyrénées centrales - Tome CIX - janvier-mars 1994