PIERRE-NICOLAS TOUTANT, SOLDAT DU PREMIER EMPIRE


Pierre-Nicolas Toutant est né à Chevilly (aujourd'hui Chevilly-Larue), commune du département de la Seine, le 11 janvier 1769, de Pierre Toutant, batteur en grange, et de Anne Lagirarde, sa femme.

TOUTANT baptême Z

Soldat au Régiment du Médoc à partir du 26 octobre 1786, il prend part à presque toutes les campagnes jusqu'en 1812 et dans le même régiment, celui-ci devenant d'abord le 32e d'Infanterie et ensuite le 31e par suite de réorganisations successives.

Il passe par tous les grades : il est caporal en 1792, fourrier en 1793, sergent en 1794, sergent-major en 1795 (le 10 thermidor an III), adjudant sous-officier en 1800 (14 thermidor an VIII), sous-lieutenant en 1806, lieutenant en 1809, capitaine membre de la Légion d'honneur en 1809 ; nommé officier de la Légion d'honneur, il est mis à la retraite le 1er octobre 1814.

Ses chefs l'estiment comme soldat et comme officier. Les rapports le citent comme un excellent soldat, comme un officier très brave, et tous ses grades ont été conquis à la pointe de l'épée.

TOUTANT Médoc z

Il prend part à la campagne d'Italie sous les ordres des généraux duc de Biron, Brunet, de Merbillon, Kellermann, Schérer, de 1793 à 1794 ; aux campagnes d'Egypte et de Suisse avec Bonaparte, Kléber, Menou, en 1795, 1796, 1797, 1798 et 1799.

Sur les côtes de l'Océan, en Autriche et en Prusse avec Ney, Lecomte, Dupont et le prince de Ponte-Corvo en 1800, 1801, 1803, 1804, 1805 et 1806.

En Espagne avec Sébastiani et le duc de Dalmatie en 1809, 1810, 1811 et 1812.

Il est blessé d'un coup de feu à Somlonge le 25 avril 1794, d'un coup de lance à la mâchoire à Vado le 24 juin 1795, d'une balle au genou à Trévise le 25 avril 1796, de plusieurs balles à la tête au siège de Saint-Jean-d'Acre en Syrie, le 17 floréal an VII où il monte le premier à l'assaut et plante le drapeau français sur une tour, action qui lui fait décerner un fusil d'honneur par Bonaparte. Il est atteint de la peste, il en guérit. Il est blessé d'une balle à la hanche gauche à Vimeira en Portugal, le 21 août 1808 ; de deux balles à Obéda, en Espagne, l'une lui traverse le corps, l'autre lui brise un bras, le 15 mars 1811. C'est la fin de sa carrière militaire. Il avait 42 ans.

De cette dernière blessure, il reste estropié et, ne pouvant plus servir, il est mis à la retraite avec une pension de 1.055 francs.

C'était bien peu pour vivre et il fait une demande pour être nommé adjudant de place à Vincennes. C'est là qu'il connut sa première femme, Adélaïde Vienot, fille d'un ancien notaire impérial de Vincennes, qui lui apportait en dot une somme de 12.000 francs et qu'il épousa peu de temps avant sa mise à la retraite définitive.

Madame Adélaïde Toutant étant décédée à Vincennes après quelques années de mariage, le 3 octobre 1815, il se marie deux ans plus tard avec Joséphine-Alexandrine-Sophie Tillos, née à l'Isle-Adam et fille de Jean Tillos, chirurgien, décédé le 7 messidor an II, et de sa femme Madeleine Conteville.

C'est ainsi qu'il vint habiter l'Isle-Adam où était domiciliée la famille de sa femme. Il mourut le 2 décembre 1835, à l'âge de 66 ans, et son corps fut inhumé dans le cimetière de la localité.

TOUTANT DECES Z

Le monument qui le recouvrait était en pierre blanche du pays ; il se composait d'une colonne, sur laquelle était gravée l'épitaphe, reposant sur un piédestal carré. La partie supérieure devait recevoir une croix ou un vase.

L'épitaphe était ainsi conçue :

Pre Nas TOUTANT
EX CAPne AU 32E RÉG
D'INFANTERIE DE LIGNE
OFF. DEE LA LÉGION
D'HONNEUR DÉCÉDÉ
LE 2 Xbre 1835 à 67 ans
COUVERT DE BLESSURES
APRÈS 30 ANS DE SERVICE
ET 17 CAMPAGNES
LE Ier CONSUL
LUI DÉCERNA UN FUSIL
D'HONNEUR POUR AVOIR
LE Ier PLANTÉ
LE DRAPEAU FRANÇAIS
SUR LA TOUR
DE St JEAN D'ACRE
EN SYRIE
SON DÉVOUEMENT
CIVIL APRÈS SA MISE
A LA RETRAITE EN 1814
LUI A VALU L'ESTIME
DE SES CONCITOYENS

Malheureusement sa tombe a aujourd'hui disparu. L'association "Les Amis de L'Isle Adam" pour rappeler le souvenir de ce valeureux soldat, a fait placer sur le mur du cimetière, à hauteur  du carré militaire, une plaque commémorative.

TOUTANT PLAQUE Z

Quoique n'étant pas né à l'Isle-Adam, Pierre-Nicolas Toutant appartient tout de même un peu à l'histoire locale, puisqu'il s'y est marié et y est mort. Il y fut nommé conseiller municipal par arrêté préfectoral et installé à la séance du 8 mai 1826, après avoir prêté le serment d'usage : "Je jure fidélité au roi, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du Royaume", en remplacement de Monsieur Topinard appelé au fonctions de maire.

Par sa femme il était apparenté à cette vieille famille des Talbot, disparue de l'Isle-Adam et dont l'un des membres construisit la chapelle funéraire de François de Bourbon Conti en 1776 et sous la direction de l'architecte André, de 1777 à 1780, les vastes écuries circulaires de Louis-François-Joseph, prince de Conti.

toutant signature z

 

L. Fort  - Mémoires de la Société historique et archéologique de l'Arrondissement de Pontoise et du Vexin - Tome XLI - 1932 - pp. 99 à 101

AD94 - Registres paroissiaux de Chevilly-Larue

AD95 - Registres d'état-civil de L'Isle-Adam.