église z

Les registres de Petit-Mars se révèlent être une mine d'informations sur cette paroisse, également sur  le château de Pont-Hus et aussi sur la période révolutionnaire.

Le dernier feuillet du registre de Petit-Mars de l'année 1773 confirme ce fait :

- L'an mil sept cent soixante et treize et an mil sept cent soixante et douze, le château du Ponthüe a esté batie par haut et puissant seigneur messire Charles-Amaurie de Goyon, seigneur de cette parroisse de Nord, Les Touches, Ligné, maréchal de camp, brigadié des armé, Colonel lieutenant, quatrième Banneret de Bretagne, demeurant au Ponthu, à la page 10 et onze du présent registre ont trouvé la sépulture de Jacques Soufrant, couvreur d'ardoize, en plaçant les dernier ardoize sur le fetage du château, son échelle a viré de costé, ce Jacques Soufrant et tombé mort.

ponthu soufrant décès

- L'an mil sept cent quatre-vingt treize, le deux du mois d'avril, le chateau cy-dessus, le feux a esté mis dans le chateau du Ponthu, la dernier des feste de pasque, tout le chateau a brulé, les pressoirs, les greniés, une maison de la grille de fer, le pavillon du plesix &c cetera, tous en généralle.

- Le huitième jour du mois de décembre mil sept cent quatre-vingt treize, la muraille du parc du chateau du Ponthu a esté a rassé par terre depuis la digue de verdié jusqu'au portaille rouge de la maison neuve et tous les bois coupé dans le parc.

Deuxième anné de la République, illia eu une grande guerre dans le paÿs, autrement une grande Révolution de peuple, les uns contre les autres. (AD44 - 3E122/6 - Registres paroissiaux de Petit-Mars - 1773)

Le dernier feuillet du registre de l'année 1775  (AD44 - 3E122/6) : Bénédiction du nouveau château.

"Le septième décembre 1775 a été faite la bénédiction du nouveau château du Ponthus par le Recteur actuel de la paroisse accompagné de M. Bidet et Guilbeau, vicaires, et M. Bignon, prêtre à Nort, Chapelain de La Chavellière.
J. Gicqueau, Recteur".

1775 z

 

L'avant-dernier feuillet du registre des décès de l'année 1777 (AD44 - 3E122/6 - vue 16)Bénédiction de la chapelle de Pont-Hus.

Le treizième jour du mois d'août, l'an mil sept cent soixante dix-sept, vu la permission à nous accordée par Monseigneur l'évêque de Nantes, avons fait la bénédiction de la chapelle du Ponthus dédiée à Sainte Catherine, ont été présens messieurs Uquet, titulaire du bénéfice de la messe decervi dans la dite chapelle, Bignon, prêtre aumonier de La Chauvellière, Bouricer, vicaire de cette paroisse, Deshais, clerc minoré, de Goyon, maréchal des camps et armées du Roy, Le comte de Marcé et autres.
J. Gicqueau, Recteur."

1777 z

 

Le registre des décès de l'année 1785 (AD44 - Petit-Mars - 1785 - 3E122/6 - vue 10) : Relique de la vraie Croix.

"Le quatorze septembre mil sept cent quatre-vingt cinq a été faite la translation d'une relique de la vraie Croix enchassée dans une croix d'argent se montant sur la patte du soleil, par Messire Clair Masouet, Recteur de la paroisse de Ligné, du château du Ponthus à l'église de Petit-Mars. Don fait par Messire Amauri, marquis de Gouyon, chevalier seigneur de la Baronnie de ... & de Nort, Banneret de Bretagne, lieutenant général des armées du Roi, à son église de Petit-Mars. La ditte relique reçue de Rome en date du six octobre mil sept cent soixante, vû le brevet du St-Siège et l'approbation de Monsieur de Boisieux, vicaire général de Monseigneur l'évêque de Nantes, en datte du trese novembre mil sept cent quatre vingt quatre, en présence des soussignés.
Amaury, marquis de Gouyon ..."

Le Registre des décès  de l'année 1793 (AD44 - Petit-Mars - 1793 - (3E122/8): Toutes les croix sont abattues ...

"L'an mil sept cent quatre vingt treize, le deuxième jour du mois d'avril, le feüx a esté mis dans le chateaux du Ponthu la dernière des feste de pasque. Ce chateau avoit esté batie an 1772 et an 1773. Toutes a esté brullé, il n'a resté que la chapelle, subsistance et la fuÿ ou colombié de la Charray. Du temps de la Révollution, l'église de Petit-Mars et le cimetière ont été vandu. Les cloche descendu du cloché et cassé et emmené à Nantes. La chapelle du vieux bourgt et le prée ou cimetière vandu. Toutes les croix abattu.
Il cest tenu un combat de guerre dant le bourgt de Petit-Mars, le neuf mars de l'an 1792."

calvaire vieux bourg Petit-Mars z

 (Ce calvaire pourrait peut-être rappeler l'emplacement de l'ancienne chapelle du Vieux Bourg)

A la suite de la liste alphabétique des décès du registre de l'an VIII (AD44 - 3E122/8 - Petit-Mars - Décès - an VIII)

"Depuis le numéro un jusqu'au numéro 19, les noms de cest numéro sont enterré dant la chapelle du vieux bourg et dant le prée de la chapelle par le gué ; l'église a été vandu et l'acquéreur ne voulloit qu'on i enterre le corps - an 1800."

"L'église et la cure ou le presbitaire a esté vandu la somme de douze cent livres en papiée qui pouvoit valoir soixante douze d'argens, et l'acquéreur nommé Jacques-Fortunée Martineaux ne voulloit pas qu'on y enterre les corps, on na esté obligé de demander permission au citoyen Jacques Estafel de la Blandinière aussi acquéreur de la chapelle du vieux bourgt et du cimetière de les metre dant le corps de la chapelle ; la chapelle garnie, on les mettoit dant le pré ancient cimetière.
Anfin on na eu un prêtre, on n'a pris l'église a ferme du citoyen Martineaux, a ferme pour la somme de soixante franc par ans.
et
an mil sept cent quatre vingt huit, j'avions achepté une bannière neuve qui coûtoit douze cent livre. De 1757, j'avions deux cloches neuve, tous celà et détruis. L'an du seigneur 1801 l'an huit de la République."

 

PONTHU CARTE z

Le château du Pont-Hus était autrefois la seigneurie de la paroisse de Petit-Mars. Un dicton populaire lui accorde "autant de fenêtres qu'il y a de jours dans l'an". C'est un honneur qu'il partage, au reste, avec tous les grands châteaux de ce pays-ci.
Cet édifice n'était pas encore achevé à l'intérieur, quand il fut incendié au mois d'avril 1792. Ce fut, dit-on, l'un des premiers qui éprouva cette fureur révolutionnaire, qui avait mis à l'ordre du jour ce mot de ralliement : "Guerre aux châteaux, paix aux chaumières". Le Pont-Hus était sans doute destiné à être victime passive des troubles de l'État. L'ancien château, qui était très-beau et très bien fortifié, fut démoli et rasé par arrêt du parlement, en 1662, parce que le seigneur qui l'habitait s'était joint aux rebelles de la Rochelle.
On prétend que sur la rive opposé à l'ancien château du Pont-Hus, il existe encore quelques pieux profondément enfoncés en terre. On dit que ce sont les restes d'une ancienne chaussée qui faisait communiquer ce château au village de la Tomblehoux ...

Oeuvres littéraires d'Ed. Richer - tome 7 - Camille Mellinet - 1838.