PIERRE LÉCHELLE
Député de la Charente à l'Assemblée législative (1791)

 

puyréaux vue 3z

 

Fils de François Léchelle et de Renée Moreau, Pierre Léchelle, frère du général du même nom, naquit à Puyréaux, le 11 décembre 1756 et fut baptisé le 13.

Léchelle pierre baptême z

Alors que ses frères plus jeunes embrassaient tous le métier des armes, lui, choisit la magistrature. Il était avocat au parlement et commissaire au roi au tribunal du district de La Rochefoucauld quand il fut élu par les citoyens actifs, représentant de la Charente à l'Assemblée législative de 1791.

Cette assemblée comptait sept cent quarante-cinq membres.

"S'il est vrai, à écrit un historien (Taine), qu'une nation doit être représentée par son élite, la France a été singulièrement représentée pendant la Révolution. D'assemblée en assemblée, on voit le niveau politique baisser ; surtout de la Constituante à la Législative, la chute est profonde."

En effet, sur sept cent quarante-cinq députés, on comptait quatre cents avocats, pris pour la plupart dans les derniers rangs du barreau ; soixante-dix prêtres constitutionnels, autant de poètes et littérateurs sans renommée, et fort peu de propriétaires.

Cette assemblée qui siégea pendant un an (du 1er octobre au 20 septembre), s'illustra tristement. Elle vota la loi du divorce, présida aux horribles massacres de septembre et finalement prononça la déchéance du roi Louis XVI.

Quel fut en tout cela le rôle joué par Pierre Léchelle ? Il est bien difficile de s'en rendre un compte exact. Cependant, il y a tout lieu de croire qu'il suivit le courant révolutionnaire.

En parcourant le compte-rendu des débats de l'assemblée législative, on ne voit pas que Léchelle ait pris la parole dans cette assemblée (Moniteur universel).

L'Almanach royal de 1792, indique simplement le lieu de sa demeure, (rue Dauphine, hôtel de Flandre." et le place dans la commission des assignats et monnaies ; il indique aussi le nom de son suppléant, M. du Chambon.

On voyait encore figurer au petit musée de Puyréaux, sa décoration de membre de l'assemblée législative, ainsi qu'une médaille commémorative.

Sur l'un des côtés de cette médaille, on lit ceci :

LÉGISLATEURS
N'OUBLIEZ JAMAIS
LE SERMENT QUE VOUS
PRONONÇATES, DE MAINTENIR
DE TOUT VOTRE
POUVOIR, LA CONSTITUTION,
LE 1er OCTOBRE 1791.
CETTE ÉPOQUE VOUS
EST RÉITÉRÉE PAR
PALLOT, PATRIOTE.

Sur l'autre côté est écrit en exergue : Sur les ruines du despotisme est élevée la liberté. A la gloire de la nation française, l'an 3 de la liberté (1).

Après les évènements révolutionnaires, Léchelle fut nommé juge d'instruction à Angoulême.

Malade, il se retira dans ses terres à Puyréaux, où il mourut le 2 décembre 1814, âgé de 58 ans.

Léchelle pierre décès z

 

(1) Ces deux objets ont été offerts, le 23 mars 1867, à M. de Thiac, alors maire de la commune de Puyréaux, par M. Pierre Léchelle, docteur en médecine, demeurant à La Rochefoucauld.

Notes historiques sur la paroisse de Puyréaux ... par M. l'abbé Fl. Chevalier - 1903

AD16 - Registres paroissiaux et d'état-civil de Puyréaux