PIERRE REZEAU
COLONEL DANS L'ARMÉE VENDÉENNE

CHOUANS 4

 

Fils de Jean Rezeau et de Marguerite Douillard, Pierre est né au Bourg-sous-la-Roche, le 16 novembre 1764.

 

Pierre baptême le Bourg-sous-la-Roche 1764 z

 

"Au commencement de la guerre de la Vendée, Pierre Rezeau fut un des premiers à faire des rassemblements qu'il conduisit par les ordres du Général Rouairant (Royrand) au camp de Chantonnay, où il fut fait officier, grade qu'il soutint avec honneur, se comportant avec valeur, battant plusieurs fois les ennemis de la religion et de l'auguste famille des Bourbons. Quelques temps après, se réunissant au Général Charette et nommé par lui chef de Division, il continua de se montrer avec un noble courage et d'agir en homme d'honneur, notamment aux batailles de Montaigu où son cheval fut tué sous lui et de Fréligné où il fut blessé, au côté gauche par une balle (15 septembre 1794). Depuis cette époque, il a ressenti des douleurs aiguës à la poitrine et dans ses maladies, il a craché abondamment du sang.

Après la mort de Charette, il fut pris par les républicains et conduit à Saumur où il endura pendant neuf mois la plus dure captivité, [évadé] et saisi de nouveau, il essuya le même sort à Nantes, ce qui l'obligea de vendre les biens de ses pères.

En 1799, à la reprise des hostilités, il fut chargé par le Général comte de Suzannet de faire sortir des armes de Nantes, ville ennemie, aux fins de favoriser le parti royaliste et une partie de ces armes a été acquittée par lui. La guerre recommençant, il fut conservé dans son même grade et mit sur pieds beaucoup de gens. Il battit l'ennemi de nouveau et lui fit des prisonniers.

Il a servi pendant six ans, dix mois et vingt jours."

PIERRE REZEAU, propriétaire et marchand de bois (fournisseur de bois pour la Marine), est décédé, des suites de sa blessure, "ayant souvent craché du sang depuis cette époque", à Saint-Denis-la-Chevasse, le 29 mars 1813, à l'âge de 48 ans.

décès 1813 z

Il avait épousé, le 1er fructidor an X (19 août 1802), à La Copechagnière, Aimée-Adélaïde Cailleteau, fille de Pierre Cailleteau et de Anne Roi, née le 8 juin 1775 à Chauché, dont il eut 7 enfants :

- Victoire-Henriette, née à Saint-Denis, le 29 mars 1813 ;

- Pierre-Charles, né à Saint-Denis, le 11 avril 1811 ;

- Louise, née à Saint-Denis, le 14 septembre 1809 ;

- Anne-Virginie, née à Saint-Denis, le 3 juin 1808 ;

- Clémentine-Vifrezine, née à Saint-Denis, le 20 mars 1807 ;

- Marie-Antoinette, née à La Copechagnière, le 24 mars 1806 ;

- Rose-Adélaïde, née à La Copechagnière, le 19 brumaire an XIII (10 novembre 1804) 

- Pierre, né à La Copechagnière, le 27 fructidor an X (14 septembre 1802) ; décédé le même jour.

"De très faible santé et à chaque instant menacée de mort," Aimée-Adélaïde réclame des secours, une demande de pension est rédigée le 24 janvier 1815 et appuyée par le maire de Saint-Denis, M. de Tinguy ; elle est proposée pour 300 francs.

Aimée-Adélaïde est décédée à Saint-Denis-la-Chevasse, le 19 octobre 1853, à l'âge de 78 ans.

 

CAILLETEAU AIMEE ADELAÏDE décès 1853 z

Rézeau mort z

AD85 - 1 M 425 - vue 32 sur 152

AD85 - Registres paroissiaux du Bourg-sous-la-Roche

AD85 - Registres d'état-civil de La Copechagnière et de Saint-Denis-la-Chevasse