machecoul z

Lorsque l'on consulte les registres des délibérations municipales de Machecoul (thermidor an IX à 1810, vue 12 , on y découvre le certificat de décès de Louis-René Gaschignard  :

Le Chef des Bureaux Civils de la Marine, chargé du détail du Bureau des armemens de ce port, certifie que le citoyen Louis-René Gaschignard, de Machecoul, officier de santé, faisant fonctions de chirurgien major - embarqué sur le vaisseau de la République française, L'Union, commandé par le citoyen Condé, Capitaine de Vaisseau - est mort à bord en mer le neuf thermidor de l'an X (28 juillet 1802), suivant l'apostille mise en marge de son nom par le sous-chef dudit bâtiment, sur le rôle d'équipage déposé au bureau des armemens de ce port.
A Brest le vingt-quatre fructidor de l'an dix de la République française une et indivisible (11 septembre 1802).
Signé Pouliguen, à côté est une griffe portant armemens et au dessous P.N.
Plus bas est écrit : Vu par le chef d'administration, signé Genay.
Enregistré à Machecoul pour extrait conforme, le quatre frimaire an onze de la République française.
Le maire de la dite commune.
NOËLAT (AD44 - Délibérations municipales de Machecoul - thermidor an IX (1801) - 1810).

Était-il issu de la famille Gaschignard de Machecoul dont certains membres ont été tués en 1793 par les "rebelles" ? En effet, il fait partie de cette famille qui compte 13 enfants dont voici les noms :

- Marie, née le 24 juillet 1765 ;
- Jean-Baptiste, né le 16 juillet 1766 ; chirurgien de la Marine ; tué le 7 avril 1793
- Adélaïde, née le 11 mai 1768 ; 
- Julienne, née le 9 mai 1769 ;  inhumée le 3 avril 1784, âgée de 15 ans ;
- Etienne-François, né le 8 juillet 1770 ; 
- Agathe-Louise, née le 20 octobre 1771 ; 
- Rosalie-Victoire, née le 16 février 1773 ; 
- Etienne-Pierre, né le 22 juin 1774 ; commis à l'administration du district ; tué le 3 avril 1793
- Jeanne-Thérèse, née le 6 juillet 1775 ;
- Louis-René, né le 7 février 1777 ; décédé en mer, le 28 juillet 1802 ;
- Renée-Henriette, née le 11 février 1778 ;
- François, né le 28 février 1780 ;
- Joseph-Xavier-Paschal, né le 16 avril 1783.

Ils sont tous nés à Machecoul, paroisse de La Trinité, du légitime mariage d'Étienne Gaschignard, maître ès arts et principal du collège de Machecoul et de Marie-Renée Fouquay.

Le 5 prairial an II (24 mai 1794), Marie Gaschignard, âgée de 29 ans, domiciliée à Machecoul mais réfugiée à Nantes depuis le mois d'avril 1793, assistée du citoyen Musset, chirurgien aide-major, âgé de 47 ans et de Marie-Anne Godillon veuve du citoyen Gabriel Fortineau (tué lui aussi), âgée de 37 ans, demeurant en cette commune, déclare, devant Pierre-Julien Verneau, secrétaire du district de Machecoul qui, à défaut de municipalité, faisait fonction d'officier public, le décès de son père, Étienne, et de deux de ses frères, Jean-Baptiste et Étienne-Pierre.

Ils avaient été, tous les trois, "assassinés par les brigands de la Vendée" : Étienne, 58 ans, natif de Nantes, tué le 11 mars 1793 ; Jean-Baptiste, chirurgien de la marine, 26 ans, tué le 7 avril 1793 et Étienne-Pierre, 18 ans, tué le 3 avril 1793.

 

LE COLLÈGE DE MACHECOUL

GASCHIGNARD, maître ès-arts, le seul principal du XVIIIe siècle qui nous soit connu, s'était engagé à instruire quelques pauvres. Il prit la direction de la maison, en 1763, et attira tant d'élèves dans ses classes qu'il fut obligé de s'adjoindre plusieurs professeurs. En 1796, voici ce que disaient de lui les officiers du district : "Le collège est régi par un laïc. Cet emploi fut confié, il y a 28 à 30 ans, à M. Gaschignard, qui l'a su rendre utile et honorable tout à la fois. Il a la gloire d'avoir formé des hommes. Des législateurs ont porté au sein de l'Assemblée nationale les principes qu'ils ont su recueillir de bonne heure des leçons de morale constitutionnelle de ce digne instituteur ; son éloge serait l'acquittement d'une dette bien légitime."

M. Gaschignard employait comme professeurs de jeunes ecclésiastiques, élevés par lui, et les gardait jusqu'au moment où ils entraient au séminaire. Le nombre des étudiants du collège de Machecoul s'est élevé parfois jusqu'à quatre-vingts. 

Gaschignard est auteur des ouvrages suivants :

1° Histoire de M. de Vaubrun (Angeau de Bruières, de Nantes) Amsterdam 1772, in-12 ;

2° Histoire de Bretagne, par demandes et par réponses, Nantes, veuve Vatar, 1773, in-12 ...

Indépendamment de quelques petites pièces de vers, telles que logogriphes, énigmes, etc., insérées dans le Journal de Verdun, numéros de janvier et juin 1774, juin 1775 et janvier 1776, Gaschignard avait composé l'écrit suivant, écrit qui pourrait bien n'avoir pas été sans influence sur le triste sort qui le frappa lui et ses enfants : Réponse de M. Gaschignard, président de l'administration du district de Machecoul, principal du collège, membre et ex-secrétaire de la Société des amis de la Constitution de la même ville, à une lettre anonyme d'un prêtre non conformiste, se disant son élève, sur la Constitution civile du clergé. A Nantes, de l'imprimerie de P.-F. Hérault, M.D.CC.XCII, in-4° de 25 p. - Sur le revers du feuillet qui porte le titre ci-dessus, on lit : "Ce petit ouvrage n'était point destiné à devenir public ; c'est la société des amis de la Constitution de Machecoul qui, après en avoir demandé et obtenu la lecture, en a désiré l'impression, dans la vue que, peut-être, il produirait quelque bien. Qui pourrait se refuser à cette considération ?"

 

AD44 - Registres paroissiaux et d'état-civil de Machecoul

L'instruction publique dans les villes et les campagnes du comté nantais avant 1789 - Léon Maîtré - 1882

Biographie bretonne : recueil de notices sur tous les Bretons ... par P. Levot - Tome I - 1852