SAVENAY ancienne église zz

 

Louis-Georges Douaud naquit à Tiffauges (Vendée), en l'année 1734 (pas de registres).

Avant d'entrer dans les ordres sacrés, il avait été capitaine dans un régiment de dragons. Plus tard, il étudia la médecine.

Étant ensuite entré dans le sacerdoce, il fut vicaire de Saint-Donatien, à Nantes, puis curé de Savenay en mars 1770.

Sa nature douce et aimante, sa charité portée au plus haut degré, lui gagnèrent tous les coeurs. Au début de la Révolution, il avait cru, comme bien des gens, que les principes de 1789 pouvaient s'allier avec ceux tracés par l'évangile et par l'Église ; mais, dans les discussions qu'il eut à soutenir, avec son intelligence supérieure, il ne tarda pas à découvrir les erreurs renfermées dans la constitution civile du clergé. Il ne balança pas un instant à les repousser, abandonnant les opinions qu'il avait pu émettre antérieurement.

Forcé de quitter sa cure par suite de son refus de prêter le serment imposé aux ecclésiastiques, enfermé à la prison Saint-Clément, en même temps que son frère Gabriel-Urbain, chanoine de Nantes, il fit partie du convoi des prêtres déportés en Espagne au mois de septembre 1792 et embarqué sur le Saint-Géréon avec son domestique, Tessier, qui voulut le suivre dans son exil. M. Douaud résida à Tuy, en Galicie.

Il ne revint en France qu'en l'année 1802. Des lettres écrites par lui, heureusement conservées, témoignent des voeux que ses paroissiens formaient pour son retour. Il reprit possession de sa cure, et jusqu'au moment de sa mort, qui le surprit le 12 mars 1813, il continua les oeuvres de piété et de charité qui entourent son nom d'une auréole de vénération, monument ineffaçable de ses vertus. Il avait 79 ans.

DOUAUD DECES z

Histoire de Savenay par F. Ledoux, ancien maire de Savenay - 1875

Le clergé vendéen, victime de la Révolution Française - par Armand Baraud - 1904

AD44 - Registres d'état-civil de Savenay