rUFFEC EGLISE Z

MICHEL ROBERT
MAÎTRE DE FORGES A RUFFEC

Michel Robertné à Lhommaizé (86) vers 1715, décédé le 14 janvier 1793, à Angoulême, était seigneur de Guignebourg et de la Péraudière (Montjean). Anobli par Louis XV en 1759, il avait acheté à cette date Guignebourg pour le titre qui allait avec. Il était maître de Forges (Taizé, Verrières, Champlaurier).

LOUIS, PAR LA GRÂCE DE DIEU, ROI DE FRANCE ET DE NAVARRE : A tous présens & à venir ; Salut. Parmi les différens objets entre lesquels nous ne cessons de partager nos soins, nous avons toujours cru devoir apporter une attention particulière à tout ce qui peut contribuer au progrès & à l'avancement des Arts & des Manufactures de notre Royaume. Les titres d'honneur, répandus avec choix & avec discernement sur ceux qui s'y distinguent le plus, nous paroissent le moyen le plus propre à exciter cette louable émulation, qui seule peut les porter à leur perfection.

C'est principalement dans cette vue, que nous nous sommes portés à conférer la noblesse à notre très-cher & bien amé Michel Robert, Maître de Forges à Rüfec. Les témoignages aventageux & multipliés qui Nous ont été rendus de son intelligence & de sa capacité dans tout ce qui concerne cette partie intéressante des Manufactures ; les lumières qui lui ont acquises ses laborieuses recherches, qui l'ont conduit à trouver les moyens de "rendre la fonte & le fer plus purs & de meilleure qualité, & d'en fondre une plus grande quantité en moins de temps & avec une moindre consommation de charbon" qu'on ne l'avoit pu faire jusqu'à présent ; le prix de notre Académie de Besançon adjugé, en 1756, au Mémoire qui contient cette découverte ; l'approbation qu'y a donnée notre Académie des Sciences de Paris ; & enfin le désintéressement peu commun avec lequel ledit Sr Robert a sacrifié son avantage particulier à l'avantage général, en rendant ce Mémoire public par la voie de l'impression, Nous l'ont fait juger digne de recevoir cette marque éclatante de notre satisfaction & de notre estime. Nous nous sommes d'autant plus volontiers déterminés à l'en décorer, que c'est sans doute la rappeler à son principe, que de la faire servir de récompense & d'encouragement aux talens utiles à la société.

A ces causes, Nous avons, de notre grâce spéciale, pleine puissance & autorité Royale, anobli, & par ces Présentes, signées de notre main, anoblissons ledit Sr Michel Robert, & du titre de Noble & d'Écuyer l'avons décoré & décorons ; voulons & Nous plaît qu'il soit censé & réputé Noble, tant en Jugement que dehors ; ensemble ses enfans, postérité, descendans mâles & femeles, nés & à naître en légitime mariage ; que, comme tels, ils puissent prendre, en tous lieux & en tous actes, la qualité d'Écuyer ; parvenir à tous les degrés de Chevalerie & autres Dignités, titres & qualités réservés à notre Noblesse ; qu'ils soient inscrits au Catalogue des Nobles, & qu'ils jouissent & usent de tous les droits, prérogatives, privilèges, franchises, libertés, prééminences, exemptions & immunités dont jouissent & ont acoutumé de jouir les anciens Nobles de notre Royaume, &c. &c. (Le reste n'est que de style).

Donné à Versailles, au mois de juin, l'an de grâce mil sept cent cinquante-neuf, &c.
Signé, LOUIS, &c.

Les Affiches du Poitou - 29 mars 1781.

 

GUIGNEBOURG Z

Il avait épousé Anne-Suzanne Dupont dont il eut une fille : Marie-Adélaîde Robert de Guignebourg qui épousa le 27 avril 1767 Alexandre-Louis Dumas, écuyer, Sgr de Chébrac et de Salvert, né le 27 septembre 1737, lieutenant particulier criminel et assesseur civil en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoulême ; neuf enfants seraient nés de cette union.

M. Robert, maître de la forge de Ruffec en Angoumois, dont le mémoire a remporté en 1756 le prix proposé par l’Académie de Besançon, a imaginé un lavoir, dont voici la description telle qu’elle a été donnée par l’auteur, suivant une copie manuscrite de ce mémoire, qui nous est parvenue. « Ce lavoir est posé dans un bassin formé de bois qui a un écoulement pour évacuer avec l’eau sale les sables & terres grandes qui passent au travers de la fonçure du lavoir… »

En 1789,  Michel Robert de Guignebourg, écuyer, est seigneur de Scée, Servolle, Fonciron, Andreville, le Petit Bardines.

Il est décédé à Angoulême, rue des Filles de la Foi, le 14 janvier 1793.

deces z

 

 AD16 - Registres d'état-civil d'Angoulême