Fontenay-le-Comte z

DÉLIBÉRATIONS MUNICIPALES
FONTENAY-LE-PEUPLE
Du vingt quatre frimaire, l'an trois de la République française, une et indivisible. (14 décembre 1794)

Le Conseil a accordé au Citoyen MARTINEAU un certificat de civisme, conçu en ces termes :

Le Conseil Général de la Commune de Fontenai-le-Peuple certifie que le citoyen PIERRE-FRANÇOIS MARTINEAU, lieutenant au cent dixième Régiment d'infanterie, fils de feu François Martineau, avoué en cette commune, s'est montré partisan de la Révolution dès le commencement d'icelle, que dès 1789, lors de la formation de la Garde Nationale, il y fit son service en bon citoyen, que dans la même année, il se forma une compagnie de volontaires et qu'il s'y incorpora ; que s'étant ensuite et en l'année 1790, manifesté des troubles du côté de Challans, il n'hésita pas à marcher contre les agitateurs ; que lors de la formation du premier Bataillon de la Vendée, il fut un des premiers à s'y enrôler, qu'il partit avec le Bataillon, qu'il n'abandonna qu'après la première campagne de la Belgique pour se rendre avec un congé de convalescence dans sa famille y rétablir sa santé ; qu'à peine arrivé dans sa famille, l'insurrection se manifesta du côté de Chantonnay, qu'il marcha contre les insurgés avec la Compagnie des Grenadiers de cette commune, qu'il s'y battit et fut choisi à Chantonnay, par le chef qui y commandait la force armée pour son aide-de-camp ; que de là, il fut envoyé par le Département en mission aux Sables, d'où il ne se rendit que pour aller en l'isle de Rhé, où se trouvoit le cent dixième dans lequel il avait été nommé à une place de sous-lieutenant.

(AD85 - Délibérations municipales - Germinal an II - 11 nivôse an III - vue 141)

 ¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Ce combattant républicain était fils de François Martineau, procureur ès-cours royale de Fontenay (décédé le 1er juin 1792), et de Marie-Anne-Françoise Baranger, fille de Pierre Baranger, notaire et procureur à Luçon, et de Claire Royer ; il est né à Fontenay-le-Comte, paroisse Notre-Dame, le 24 juin 1771.

MARTINEAU FONTENAY BAPTEME z

 

L'Historique du 110e Régiment d'Infanterie nous détaille ce qu'a pu être le parcours de Pierre-François Martineau au sein de ce régiment :

Avec la Révolution, les régiments de l'armée française perdent leur nom pour ne conserver que leur numéro.

Le régiment de Port-au-Prince devient la 110e Demi-Brigade. Elle est stationnée sur l'île de Ré. Le 26 juin 1794, le régiment participe brillamment à la bataille de Fleurus. Puis viennent toutes les campagnes de la jeune armée française. Il s'illustre particulièrement à Zurich en 1799 puis Hohenlinden en 1800.

En 1801, le Régiment est envoyé dans les colonies à Saint-Domingue pour participer au difficile maintien de l'ordre.

Sept ans plus tard, lorsque le régiment est rapatrié, il est décîmé. Seulement 13 % de l'effectif initial rejoint la France en 1809, c'est-à-dire 146 hommes sur 1.120. Le numéro 110 ne réapparaît ensuite que pendant la guerre de 1870-1871 ... 

Pierre-François Martineau n'est, semble-t-il, jamais revenu à Fontenay-le-Comte.