germont z

 

La maison DE BEFFROY, d'origine militaire et d'ancienne extraction, a toujours tenu rang parmi la principale noblesse de la province de Champagne, soit par son ancienneté et la pureté de ses alliances, soit par la continuité de ses services et la nature de ses possessions seigneuriales.

Armes : De sable au lion d'argent armé et lampassé de gueules, la queue passée entre les jambes.

armes z

Son père, Paul-Valentin de Beffroy, chevalier, seigneur de Germont, de Vaudancourt et de Mercy-le-Bas en Lorraine, lieutenant de cavalerie dans le régiment de Royal-Roussillon (décédé à Germont le 21 août 1779), épousa :

1° le 8 septembre 1732, à Saint-Morel, Damoiselle Françoise-Innocente d'Aspremont, fille de Thomas d'Aspremont, chevalier, seigneur de Saint-Marcel, de Corbon, de Villé-devant-Orval, etc, veuve d'Eustache de Dalle, seigneur de Beaurepaire ; morte à Saint-Morel trois mois plus tard, le 20 décembre 1732, à l'âge de 35 ans ;

2° en l'année 1733, Damoiselle Catherine-Gabrielle de Montezay, originaire de Lorraine, fille de Louis de Montezay, écuyer, seigneur de Vaudremont et de dame Jeanne-Françoise de Saint-Yon, née à Vaudoncourt le 26 mars 1701, morte à Germont le 11 août 1760 ;

Il a laissé :

- JUVINE-FRANÇOISE, née à Boult-aux-Bois le 25 juillet 1734 ; décédée à Germont, le 9 février 1737, à l'âge de deux ans et demi ;

- PAUL-LOUIS-ALEXANDRE, né à Boult-aux-Bois, le 2 et mort le 16 avril 1736 ;

- LOUIS-PAUL, né à Germont le 11 août 1737, chevalier, seigneur de Germont, page du roi, ensuite lieutenant dans le régiment de Fleury, cavalerie ;

- MARIE-ANTOINETTE-MARTINE, née à Germont, le 30 mars 1742 ; elle eut un garçon, Louis-Valentin, de père inconnu, le 25 février 1765, décédé le 2 mars, même année ;  mariée à Germont, avec Nicolas Hubert, le 2 mars 1767 ; morte à Germont le 16 mars 1809.

BEFFROY BAPTEME ZZ

LOUIS-PAUL DE BEFFROY :

Page de la chambre du Roi en 1747, il devint en 1753 lieutenant de Fleury-cavalerie. Il participa à la campagne d'Allemagne jusqu'en 1762. Il entra au régiment de Condé-Cavalerie.

Capitaine en 1783, il devint colonel en 1792 au 2e régiment des piqueurs à cheval de la Légion germanique.

Envoyé en Vendée en 1793, il devint, le 4 mai, chef de brigade à la Légion Fraternité. Il fut blessé à la bataille de Doué. Nommé général de brigade provisoire en juin, il remplaça le général Tuncq à la division de Luçon. Il fut écrasé à Torfou le 19 septembre 1793. La Convention le "sacrifia", comme un des responsables des échecs républicains en Vendée : il fut suspendu. Et en novembre 1794, il fut retraité.

 

De sa relation avec sa cuisinière, Marie-Claude Percebois, sont nés plusieurs enfants. Elle était fille de Jean Percebois, manoeuvrier, et de Catherine Renault, native de Germont (17 octobre 1756). Sur les actes de naissance de ses enfants, elle se fait appeler, Marie-Claude,  Rose ou Marie-Rose. [En effet, la naissance de Jean confirme ce changement de prénom et prouve qu'il s'agit bien de la même personne : sur l'acte de naissance de l'enfant, il est dit : "illégitime de Rose Percebois" ; sur l'acte de mariage de Jean : "fils majeur et naturel de défunt Louis-Paul de Beffroy et de Marie-Claude Percebois, cuisinière ..."]

PERCEBOIS MARIE CLAUDE BAPTEME 1756 zz

sont venus :

- un garçon (fils illégitime de Rose Percebois), né le 5 août 1780 et décédé après avoir été ondoyé, inhumé le lendemain.

- Jean Beffroy (fils illégitime de Rose Percebois)né à Stenay, le 16 juin 1783, "fils majeur et naturel de défunt Louis-Paul de Beffroy et de Marie-Claude Percebois, cuisinière ; veuf d'Antoinette Aville (42 ans), décédée à Stenay, le trois juin 1824 ; artiste vétérinaire ; mariage à Stenay, le 10 novembre 1824 avec Françoise-Henriette-Olympe Yung, née dans la commune de Grand-Pré, département des Ardennes, le 3 août 1803 (16 thermidor an XI), fille de Jean-George Yung, dit Lejeune, organiste et de Catherine-Louise Verdaux" ; dont - Henriette-Adèle-Souveraine, née à Stenay, le 20 août 1825 - Louis-Paul, né le 3 septembre 1827, à Stenay ; - Louis-Valentin, né le 30 avril 1830, à Stenay ;

- Jean-Nicolas (fils illégitime de Rose Percebois), né à Stenay, le 13 avril 1786 ;
- Laurent (fils illégitime de Marie-Rose Percebois), né à Stenay, le 2 ou 3 (illisible) novembre 1788 ;
- Laurent (fils illégitime de Rose Percebois), né à Stenay, le 19 avril 1790 ;
- Marguerite (fille illégitime de Marie Percebois), née à Stenay, le 25 février 1792, baptisée le lendemain ;

- Fille majeure et naturelle de Marie-Claude Percebois, reconnue et adoptée par Louis-Paul Beffroy, est accouchée (à Stenay) le 29 avril 1822 d'une fille, nommée Jeanne-Marie-Louise-Célestine (Beffroy) . 

- Charles-Frédéric, (fils de Marie-Claude Percebois) né à Stenay, le 2 floréal an VII (21 avril 1799), "dans la maison du citoyen Louis-Paul Beffroy" qui "a déclaré qu'il adoptait cet enfant comme en étant le père" ... ;


Louis-Paul de Beffroy meurt à Stenay, dans la Meuse, le 15 thermidor an X (3 août 1802), à l'âge de 64 ans.

BEFFROY DECES ZZ

 

MARIE-CLAUDE PERCEBOIS est décédée à Stenay, rue du quartier du Roi, le 9 juillet 1835, à l'âge de 78 ans.

 

PERCEBOIS MARIE CLAUDE DECES Z

 

 

 LA FAMILLE DE MARIE-CLAUDE :

- Marie-Claude, née à Germont le 17 octobre 1756 ;
- Michel, né le 27 septembre 1758 à Germont ;
- Gabrielle, née le 14 juin 1763 ; décédée le 19 juin suivant ;

CATHERINE RENAULT, sa mère, est décédée le 2 juillet 1764 à Germont.
Son père se remarie avec MARIE-NICOLE MOUTON le 4 septembre 1764, dont :

- Marguerite, née le 16 juillet 1765 ;
- Marianne, née le 8 novembre 1766 ; mariée le 16 mai 1791 avec Pierre Sauzon, mineur ;
- Magdelaine, née le 12 avril 1769 ; mariée le 15 nivôse an V avec Gérard Pechenet
- Marie-Françoise, née le 22 janvier 1781 ;

Marie-Nicole Mouton est décédée à Germont le 13 brumaire an XIII (4 novembre 1804) ;
Jean Percebois est décédé à Germont le 22 thermidor an XI (10 août 1803).

 

Généalogie de la maison de Beffroy, par M. Lainé - 1828.

AD08 - Registres paroissiaux de Germont.

AD55 - Registres d'état-civil de Stenay.

Vendéens et Républicains dans la Guerre de Vendée, Tome Ier, Frédéric Augris.

Revue d'Ardenne & d'Argonne - novembre 1912.