FORTUNÉ-HENRY-CHARLES DE BERNON DU PUITUMER

PUITUMER zz

 

Fils de Henri-Benjamin, baron de Bernon, qui fut ancien major et commandant de l'île d'Aix, chevalier de Saint-Louis, et de Pélagie Racodet, dame de Saint-Martin-Lars, Fortuné-Henry-Charles est né au château du Puitumer, le 8 juillet 1775.

 

BERNON DE baptême z

Élevé au collège royal de la Flèche, il obtint à la fin de 1789, une sous-lieutenance dans le régiment d'Artois, dragons.

Il émigra en 1791 et rejoignit à Neu-Wied, près Coblentz, la première compagnie noble d'ordonnance, formée en partie par les anciens gendarmes chevau-légers de la garde ordinaire du Roi ; fit la campagne de 1792 dans ce corps ; suivit, après le licenciement de l'armée des princes, frères du Roi, à Ham, en Westphalie, resta dans cette ville jusqu'au départ du Roi et de LL. AA. RR. ; rejoignit l'armée des princes en 1795 ; fit la campagne de cette année, dans les chasseurs nobles, compagnie n° 9, composée en partie des anciens officiers des régiments de Royal et de Saintonge ; passa dans le premier régiment de cavalerie noble, et servait encore dans l'escadron chef dudit régiment, commandé par S.A.R. monseigneur le duc d'Angoulême, lors du licenciement de l'armée effectué en 1801, ainsi qu'ils conste par les certificats honorables de monseigneur le prince de Condé, et des ducs d'Angoulême et de Berri (voir plus bas), qui attestent à la foi son zèle, son courage et son dévouement à la cause légitime.

Rentré en France avec l'agrément des princes, le 25 mai 1801, il partit pour Bordeaux avant la déchéance de Buonaparte, pour faire part à S.A.R. monseigneur le duc d'Angoulême, d'un projet d'insurrection qui devait éclater dans la Vendée ; il fut présenté par l'archevêque de Bordeaux à ce bon prince, qui le reçut avec bienveillance ; a été reçu au château des Tuileries, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, par S.A.R. Monsieur, le 24 août 1814, et a reçu, le même jour, le brevet de chef d'escadron.

Il a été inscrit un des premiers à la préfecture de Bourbon-Vendée, pour marcher contre l'usurpateur, lors de son débarquement ; a été cassé de la charge de maire de la commune de Saint-Martin-Lars, par Miot, commissaire extraordinaire dans la douzième division militaire, pour s'être montré trop ardent pour la cause royale, lors de l'invasion de Buonaparte, et mis sous la surveillance des autorités locales, d'où il n'est sorti qu'à l'entrée du Roi dans sa capitale.

Il a été nommé électeur et adjoint à la députation du département de la Vendée, envoyée au Roi pour le féliciter sur son heureux retour. Il fut ensuite commandant pour le Roi, de la place de Briançon.

maire signature z

Succédant à Armand de Béjarry, il fut maire de St-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine depuis janvier 1813 jusqu'en 1829. La dernière signature de Fortuné de Bernon, dans les registres de Saint-Martin, se trouve au bas de l'acte de décès de son père.

Henry-Pierre-Benjamin, son père, est décédé au château de la Guillemandière, le samedi 3 octobre 1829, à l'âge de 84 ans, il était né au château du Puitumer, le 15 novembre 1745, écuyer et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, ancien major du fort de l'île d'Aix et officier retraité, ancien maire ; fils de Henry-Frédéric de Bernon de la Barre, écuyer, et de Marie-Louise de Jallays, veuf de Pélagie Racodet de Saint-Martin.

GUILLEMANDIERE Z

Il avait épousé à Varrains, le 11 août 1807, contrat passé devant Chaloppin, notaire à Saumur, demoiselle Agathe Pitatouin de la Coste, fille de Louis-Jean-Madelaine Pitatouin de la Coste, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, et de dame Jeanne-Marie Jacob de Tigné.

Il eut de ce mariage (tous nés à Saint-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine au château de la Guillemandière) :

1° Aimé-Henri-Fortuné de Bernon, né le 30 août 1808 ;

2° Clémentine-Honorée de Bernon, née le 22 décembre 1809, admise à la maison royale de Saint-Denis, en qualité d'élève du Roi en 1816 ;

3° Thaïs de Bernon, née le 30 mai 1811 ;

4° Agathe-Thérèse-Justine, née le 16 novembre 1812 ;

5° Laure-Louise-Stéphanie de Bernon, née le 27 mai 1814 ;

6° Fortuné-Henry-Louis, né le 9 février 1820, décédé le 2 mars 1820 ;

7° Dieudonné, né le 1er octobre 1821.

Agathe Pitatouin de la Coste est décédée, à Saint-Martin, le 1er décembre 1856.

Fortuné-Henry-Charles de Bernon est décédé à Saint-Martin, le 26 décembre 1865, à l'âge de 90 ans.

 

Fortuné décès 1865 z

 

CERTIFICATS :

"Nous Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé, prince du sang, pair et grand maître de France, duc de Guisse, etc., colonel-général de l'infanterie française et étrangère, chevalier des ordres du Roi de France et de l'ordre de Saint-André de Russie, grand prieur de l'ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Malte au grand prieuré de Russie, etc., etc., commandant en chef, par les ordres du Roi, une division de la noblesse et l'armée française :
Certifions que M. H. Charles-Fortuné de Bernon, de la province de Poitou, sous-lieutenant au service du Roi, émigré en 1791, a fait la campagne de 1792 à l'armée des princes, frères du Roi Louis XVI, nous a joint au commencement de 1795, et a fait la campagne de cette année dans les chasseurs nobles, jusqu'au mois de septembre, qu'il est passé dans la cavalerie noble, où il a continué de servir jusqu'à ce jour ; qu'il s'est trouvé à toutes les affaires qui ont eu lieu pendant qu'il a été à l'armée ; qu'il s'est conduit avec honneur, se distinguant par son zèle, son courage et sa bonne volonté.
En foi de quoi nous lui avons fait expédier le présent certificat, signé de notre main, contre-signé par le secrétaire de nos commandements, et auquel nous avons fait apposer le sceau de nos armes.
Fait à notre quartier-général de Feistritz, le 11 février 1801.
Signé, LOUIS-JOSEPH DE BOURBON.
Par S.A.S. Monseigneur : DROUÏN."

"Nous Louis-Antoine, petit-fils de France, duc d'Angoulême, chef du régiment noble à cheval de notre nom, etc., etc.,
Certifions que M. Henri-Charles-Fortuné de Bernon, de la province de Poitou, sous-lieutenant au service du Roi, émigré en 1791, a fait la campagne de 1792 à l'armée des princes, a rejoint le corps de Condé en 1795, et y a fait la campagne de cette année dans les chasseurs nobles, d'où il a passé dans la cavalerie noble qu'il n'a pas quittée depuis ; il sert encore aujourd'hui, en qualité de noble à cheval dans le Chef-escadron de notre régiment, en digne gentilhomme et en fidèle serviteur du Roi.
En foi de quoi nous lui avons fait expédier le présent certificat, que nous avons signé de notre main, et auquel nous avons fait apposer le sceau de nos armes.
Fait à Rein en Stirie, le 7 février 1801.
Signé, LOUIS-ANTOINE."

Armes : D'azur, au lion d'or, lampassé et armé de gueules.

Devise : Virtutem a stirpe traho ; en français : Je tire ma force de mon sang.

 

BERNON DE z

 

P1490235

P1490234 z

P1490238

 

 

Nobiliaire universel de France - Viton de Saint-Allais - Tome neuvième, première partie.

AD85 - Registres paroissiaux et d'état-civil de Saint-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine.

Précis historique sur l'ancienne seigneurie et fiefs de la Grenetière (île de Ré) par Th. Phelippot - 1868