Favre baptême z

Fils de Jean-Baptiste-Pierre Favre, Procureur, et de Louise Vigant, décédée à Civray le 7 août 1776, Jacques-Marie Favre est né à Civray (Vienne), et baptisé le 31 juillet 1764.

État de services :
- Capitaine au 2e bataillon de la Vienne : le 5 septembre 1792 ;
- Adjoint au Général Rivaud : le 13 octobre 1793 ;
- Capitaine aide-de-camp du même Général : 4 nivôse an VII (24 décembre 1798)
- Nommé par le premier Consul Chef d'escadron : 4 thermidor an VIII (23 juillet 1800) ;
- Membre de la Légion d'honneur : 25 prairial an XII (14 juin 1804) ;
- Obtenu sa retraite : 7 germinal an XIII (28 mars 1805)

Campagnes :
- An 1792 & 1793 : Armée du Nord
- An II : Vendée
- An III : Alpes
- An IV & V : Italie
- An VI : Angleterre
- An VII : Belgique
- An VIII : Réserve d'Italie
- An IX & X : Espagne & Portugal
- An XI, XII & XIII : Hanovre.

Blessures :
- au déblocus de Maubeuge : reçu un coup de bayonnette très profond à la cuisse droite ;
- A la bataille de Marengo : d'une balle qui lui a traversé la cuisse gauche.

Dans une lettre du 6 août 1810 au Grand Chancelier de la Légion d'honneur, Jacques-Marie nous donne d'autres détails sur  ses blessures et ses actions durant sa carrière militaire :

"J'ai fait toutes les campagnes depuis 18 ans, j'y ai reçu à différentes époques, en Italie, pendant l'an 4, en Prusse dans la Grande Armée et en Espagne, neuf blessures, dont plusieurs sont très graves, notamment la dernière reçue sous les murs de Madrid, le 2 décembre 1808, produite par une balle qui m'a fait une plaie profonde à la tête.
J'ai enlevé à l'ennemi une pièce de canon à l'affaire de Vertingen près Donavent, le 16 vendémiaire an 14.
J'en ai pris une autre, le 20 mars 1809, devant Braga en Portugal, en chassant l'ennemi d'une forte position."

Favre signature z

"Vers la fin de la guerre d'Espagne (1808-1814), le commandant Favre, qui était attaché à l'état-major du général comte Rivaud de la Raffinière, son cousin, reçut l'ordre (à Saragosse), de porter à l'Empereur, à Paris, une missive urgente et celà "sans débrider". Le commandant Favre partit donc au galop, d'Espagne à Paris, voyageant nuit et jour, changeant de cheval à chaque relais de poste. Il arriva à Paris dans un tel état de lassitude et d'épuisement que non seulement on fut obligé de le descendre de cheval, pour le porter chez l'Empereur, mais que, dans la suite, il fut obligé de prendre sa retraite." (1)

En reconnaissance de ce service, l'Empereur Napoléon Ier le créa Chevalier de l'Empire (le 25 prairial an XII - 14 juin 1804 - brevet signé le 5 juin 1819) et le nomma entreposeur des tabacs à Poitiers.

Il avait épousé à Poitiers, le 3 mai 1811, avec Agathe-Dorothée-Marie Barbier de la Planche, âgée de vingt-un an, née dans la commune de Saint-Gaudent (Vienne), fille de Jean Barbier, secrétaire général de la faculté de droit de Poitiers et membre du conseil général du département de la Vienne et de Louise Gaschet. De ce mariage sont nées trois filles : Sidonie, Marie-Louise et Marie-Céline.

En août 1818, il écrit à la Chancellerie : "Permettez-moi de faire connaître à Votre Excellence tout ce que ma position a de pénible et de vous prier avec confiance d'avoir la bonté de l'adoucir. Je ne possède aucune propriété. Les infirmités suites du service militaire, ne me permettent point de me livrer entièrement au travail des mains qui seul pourrait aider à mon existence. Daignez dans cette circonstance, Monseigneur, solliciter pour moi auprès de notre Auguste Monarque, une portion dans les bienfaits qu'il plaît à Sa Majesté de répandre sur ceux qui se trouvent dans la même situation. J'ai l'honneur d'être ..."

Jacques-Marie Favre est décédé par suite d'hydropisie ascite, à la Planche en la paroisse de Vivonne, le 23 septembre 1819, à l'âge de 52 ans.

Favre décès z

 

(1) B. DE ROLLIÈRE - Le Chercheur des provinces de l'Ouest - août 1902 - 3ème année - n° 8

AD86 - Registres paroissiaux de Civray 

Archives nationales - Base Leonore