JOSEPH CROUZAT

Serignan 34z


Joseph Crouzat est né à Sérignan le 25 février 1735 de Louis Crouzat, charpentier, et de Jeanne Rial. Le 8 janvier 1754, âgé de 19 ans, il s'engage comme soldat dans le régiment Royal Roussillon. Il participe aux campagnes de Hanovre en 1757, 1758 et 1759 - de Corse en 1768, 1769 et 1770 - contre les Anglais en 1779.

Crouzat baptême z

Au fil des ans, il est nommé sergent (1er janvier 1761), fourrier (1er octobre 1764), porte-drapeau (9 septembre 1771), sous-lieutenant de la Compagnie des Chasseurs (7 juin 1776), lieutenant en second de la Compagnie des Grenadiers (1er mai 1781), lieutenant en premier (19 mars 1785).

Une note de 1786 indique que "Cet officier de fortune qui n'a rien de chez lui est chargé de l'habillement et de l'équipement. Il s'acquitte de cette fonction avec l'approbation de ses chefs ..." Le 30 juin 1789, il a rang de capitaine ; le 27 avril 1790, il reçoit la croix de Saint-Louis (distinction rarement attribuée à un roturier) ; le 1er avril 1791, il a confirmation de sa nomination de capitaine : il a 56 ans et déjà 37 ans de service.

P1370747zz

Le capitaine Crouzat fait les campagnes révolutionnaires de 1792 et 1793 dans l'Armée du Nord. Il est nommé chef de bataillon le 7 avril 1793 puis général de brigade le 22 septembre 1793. Il est muté à l'Armée de l'Ouest où il reçoit le commandement territorial de Saint-Maixent. Pendant plusieurs mois, il lutte contre les Vendéens, il commande une des colonnes infernales ; puis le 27 nivôse an III (début 1795), il demande à faire valoir ses droits à la retraite pour raison de santé : vue très affaiblie, hernie du côté droit, testicules gonflés nécessitant le port d'une suspension, jambes ulcérées avec varices ouvertes. Il a 60 ans.

Après 40 ans de service, sa pension s'élève à 2.127 livres. Payée en assignats dont le cours s'effondre de jour en jour, elle ne lui permet pas de vivre ; il en est réduit à demander des rations alimentaires aux magasins de l'armée de Saint-Maixent.

En 1797, pour des raisons inconnues, il quitte la région et s'installe à Metz. Des lettres adressées au ministre de la Guerre (octobre 1798 / mars 1800) réclament des secours "pour que le chagrin et la misère qui l'accablent ne le fasse pas tomber au lit de la mort".

Il meurt dans la solitude le 26 avril 1824 (Metz, section 1) au 29 rue de la Haye, à l'âge de 89 ans.

Crouzat décès z

Son signalement :

Taille : 5 pieds 3 pouces (1m73)
Cheveux et sourcils ; châtains-gris
Yeux : bruns
Nez : long
Front : large
Bouche : moyenne
Menton : rond
Visage : rempli

Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers - Neuvième série - volume III - 1998-1999

AD34 - Registres paroissiaux de Serignan

AD57 - Registres d'état-civil de Metz

Sérignan en Languedoc - 1999