BOUILLY VUE

 

MARIAGES PRÉCOCES EN L'AN VI.


Le 11 pluviôse an 6 (30 janvier 1798), le commissaire du Directoire exécutif près l'administration municipale du canton de Saint-Germain (Aube) écrivait au commissaire près l'administration centrale du département la lettre suivante qui ne manque pas d'un certain intérêt pour l'histoire des moeurs et de la popularité de la conscription :

"Citoyen, je pense qu'il seroit essentiel que l'administration du département fit une proclamation pour détruire les bruits répandus dans la campagne sur une prétendue levée de 100.000 hommes, car il se fait journellement des mariages ridicules par l'âge des contractants, ce qui ne peut que nuire aux jeunes gens qui se marient et aux enfants qui proviendront de ces mariages. Salut et fraternité. Bouillerot.
Il vient de se faire trois mariages à Bouilly dont les six contractants ne réunissoient pas 63 ans".

Dans les registres de Bouilly, on trouve quelques actes de mariages confirmant cette situation, comme par exemple :

- 4 nivôse an VI (24 décembre 1797) - mariage de Jean-François Carra, 16 ans, demeurant à Bouilly, avec Marie-Madeleine Martin, 16 ans.

- 16 nivôse an VI (5 janvier 1798) - mariage de Nicolas Crevot, 17 ans, avec Angélique Collet, âgée de 26 ans ;

- 17 nivôse an VI (6 janvier 1798) - mariage de Jean-Baptiste Collet, 18 ans, avec Anne-Thérèse Forjot, âgée de 16 ans.

 

mariage an VI z

Annales révolutionnaires - T. 1, n° 2 (Avril-Juin 1908)

AD10 - Registres d'état-civil de Bouilly