ARRAS z

Jean François Tasseaux, garçon meunier à Rivière (62), est accusé de vol en 1842.  Il présente sa défense d'une manière plutôt comique :

 

meunier z

 

TRIBUNAL CORRECTIONNEL D'ARRAS
Audience du 21 octobre 1842.
Présidence de M. Top.


C'EST LA FAUTE A MON CHEVAL


Oh ! quand vous m'aurez entendu, vous ne voudrez plus me noircir du fait qui m'est imputé. Remarquez en passant que je ne me sers pas du mot vol ; c'est à dessein ; car il n'y a pas de vol dans mon cas : vous allez voir, ayez la complaisance de saisir le fil de mon discours.

Je menais une voiture, à cette voiture était attelé un cheval, cheval têtu comme un âne et qui m'a joué plusieurs tours de son métier, allez. Mais, au jour d'aujourd'hui, c'est le pire de tous.

Je montais la rue de l'Abbaye, et mon cheval faisait semblant de tirer la langue ; il avait son caprice, vous allez voir : v'là qu'il s'arrête tout court comme s'il fût cloué à la terre. Pan ! j'ly flanque un coup de fouet, deux coups de fouet, trois coups de fouet bien sanglés ... Bernicle ! il ne bouge pas plus qu'un mur, et je bisquais, je bisquais, fallait voir comme je bisquais : à la fin, il me pousse une idée, une bonne idée.

Je compte mes sacs de farine, il y en avait 23 ; or, vous saurez, Messieurs, que le susdit cheval n'en traîne jamais que 21 : c'est sa charge habituelle, et il vous enlève ça comme une plume. Qu'est-ce que je fais, je l'allège de deux sacs, et mon cadet démarre bel et bien ; puis, quand il s'agit de retourner, afin d'aller reprendre les sacs, bon soir, plus personne, le maudit animal ne voulut jamais tourner bride.

A présent, on s'en vient me dire que j'ai voulu m'approprier ces deux sacs, comme si déjà j'avais fait parler de moi ; ça ne prendra pas. Garçon meunier de mon état, j'ai jamais détourné un grain de blé à mon profit, et j'irai pas commencer par escamoter deux sacs de farine appartenant au séminaire.

Vous me direz qu'il fallait restituer les sacs à leur adresse, le même jour, à la minute, et ne pas les mettre en dépôt quelque part sous votre nom. Excellent ! si j'y avais songé, mais la réflexion m'est venue trop tard ; quand déjà j'avais menti au commissaire de police et je ne sais pas pourquoi on me punirait pour un mensonge bien innocent du reste, et dont j'aurai l'absolution quand je voudrais. C'est pardi bien la faute à mon cheval !

Ainsi parle Jean-François Tasseaux, et il déploie ses certificats signés du maire de la commune de Rivière ; lesquels certificats, comme le fait remarquer son défenseur, Me Boutry, sont conçus en termes infiniment honorables et diffèrent essentiellement de ces attestations arrachées à la complaisance des fonctionnaires municipaux.

Tasseaux subira deux mois de prison.

 

Gazette judiciaire : journal des cours et tribunaux - novembre 1842