LA CHAPELLE-SAINT-FLORENT
JACQUES LAINÉ, SORCIER

Chapelle-Saint-Florent z


Jacques Lainé ... habitait, avec sa soeur, dans une maison au milieu du bourg. Tous les deux, nés de parents très chrétiens, avaient suivi fidèlement l'école. Comme ils étaient bien doués, ils poursuivirent leurs études, l'un pour entrer au séminaire, l'autre au couvent. Celle-ci fut, en effet religieuse ; mais Jacques Lainé n'avait pas sans doute la vocation, puisqu'il resta chez lui et qu'il employa sa science à étudier "les mauvais livres".

En ce temps là, la misère étaient grande, et nombreux étaient ceux qui étaient obligés d'aller mendier, ou plutôt d'aller chercher leur pain. Jacques Lainé commença par aller de ferme en ferme demander la charité pour les autres ; mais comme lui-même avait de grosses difficultés à vivre, il s'attribuait les aumônes reçues. C'est à ce moment qu'il dut user de supercheries et de sorcelleries pour obtenir satisfaction dans les maisons qui le renvoyaient.

Jacques Lainé était affligé de bégaiement ; et c'est avec ce défaut de prononciation qu'il menaçait les braves gens de son pouvoir maléfique. Nombreuses furent ses victimes.

Une fois c'est à la noce Barat de "Laiterie" qu'il donne au marié une diarrhée telle qu'il fut obligé de passer sa nuit à courir ; c'est le père Onillon de la Bruffière qui sous sa malédiction s'en ira de la poitrine" ; c'est Laurent Allard de la petite Maltière, qui, pendant un an, fera du pain noir. Un peu partout, il use de son pouvoir en faisant faire du beurre noir.

Il avait également d'autres pouvoirs, et, en particulier, sur les animaux pour leur donner une épidémie, ou sur les serpents pour les charmer.

Jacques Lainé était donc un homme qu'il ne fallait pas contrarier, et beaucoup préféraient lui abandonner quelques écus plutôt que d'encourir un sort. A tel enseigne que notre homme avouera à ses voisins qu'il possédait une "buée" pleine de pièces d'or. Un jour qu'on lui demandait pourquoi il passait des nuits entières à chanter, il répondit qu'il chantait pour faire descendre le diable chez lui.

Mais il arriva que certains eurent le courage d'être plus forts que lui ; et un beau jour, à la Riverie, par exemple, c'est à coups de trique que le fermier le reconduira jusqu'au bout de son chemin. Ce fut pour Jacques Lainé la fin de sa fortune.

Bientôt il sera dans la plus grande misère, et délaissé de toute une population qu'il s'était plu à faire vivre dans la peur. Sa soeur, religieuse à Nantes, viendra le chercher pour l'emmener mourir près d'elle quelque temps plus tard, vers 1875.

La Chapelle-Saint-Florent à travers les âges - Robert Chéné - 1997