VENDEENS 7

 

DENION DU PIN Jean-Louis, lieutenant-colonel, chevalier de Saint-Louis.
Blessé. Propriétaire.
États de services : A fait toute la guerre de la Vendée ; a perdu son frère à l'armée. Son père a péri révolutionnairement. A continué la guerre en 1795 et 96 ; a servi avec distinction.
Demande : Confirmation de son grade et de chevalier de Saint-Louis.
Observations  : Aide-de-camp de Stofflet, puis de Scépeaux, a fait toute la guerre de 1793 ; a eu un frère tué à l'armée de Bonchamps. (Histoire de la Vendée Militaire - Jacques Crétineau-Joly - Tome V)

Fleur-De-Lis on EmojiOne

Fils de Jean-Angélique Denion du Pin, Écuyer, (fils de Maître François Denion, seigneur du Pin et de demoiselle Marie Deluner, originaire et domicilié paroisse de Saint-Herblon, âgé d'environ 35 ans), avocat au Parlement,

et de Jeanne-Judith Orthion de La Pénissière (fille de noble maître Jean Orthion de la Pénicière, ancien sénéchal prévost, maire de la ville d'Ancenis, et de dame Élisabeth Micheleau, âgée d'environ 26 ans - décédée à Saint-Herblon, le 7 vendémiaire an XIII - 29 septembre 1804), mariés à Nantes, paroisse Saint-Léonard, le 24 avril 1770.

- marié à Paris, le 20 avril 1815, avec Joséphine-Emilie Sanson, fille de Joseph Sanson, directeur de la Compagnie des Indes, et de Julie Deschamps :

- deux enfants : Julie-Louise-Emilie (1817-1904) et Jules-Henri ( marié avec Jenny West, décédé le 6 mars 1884).

Jean-Louis est né à La Ménière près de Varades (Loire-Atlantique), [baptisé] le 30 mars 1779 [1778]

 

Denion baptême z

 Frère et soeurs :

- Elisabeth-Antoine, baptisé le 18 décembre 1774 ;

- Marie-Henriette-Laurence, née à Saint-Herblon 1784, épouse de Eutrope Thoinnet de la Turmelière,  ; décédée à Ancenis, le 28 juillet 1858 à l'âge de 74 ans ;

- Élisabeth-Geneviève, née à Saint-Herblon, le 1er janvier 1786, mariée à Saint-Herblon, le 22 avril 1811 avec Jacques-Marie-Joseph Bain de la Coquerie ; décédée à Châteaubriant, le 3 août 1837, à l'âge de 51 ans.

Denion frère baptême z

Fleur-De-Lis on EmojiOne

11 mars 1793 : "A Varades, les républicains tentent d'organiser la défense devant le déferlement des bandes d'insurgés sur le bourg. Quelques citoyens bien armés décident de se retrancher dans la tour de la verrerie, bâtiment circulaire qui enveloppe le four de fusion. Le juge de paix, Denion Dupin (Jean), principal actionnaire de la verrerie et logé sur place, essaie en vain de les dissuader. Quatorze hommes se postent aux ouvertures et échangent des coups de feu avec les insurgés qui les ont bien vite entourés. Après une heure et demie de fusillade et la mort d'un défenseur, Mathurin Drouet, le dernier carré capitule et rend les armes. Le maçon René Gourdon, ancien grenadier des armées royales, qui se découvre une vocation de chef populaire, se moque des républicains : "Ah ! Ah ! Les couillons ne bandent pas aujourd'hui !" (ADML 1L.747bis). Mais ceux-ci peuvent rentrer chez eux une fois désarmés ..."(L'insurrection de mars 1793 en Loire-Inférieure - p. 47 - Didier Daniel, Jean-Paul Lelu, Odette Thareau avec les membres du groupe de recherches "Loire et Galerne" - A.R.R.A.)

Fleur-De-Lis on EmojiOne

Jean-Louis fut emprisonné avec son père, Jean (juge de paix), en 1793, au château d'Ancenis devenu prison, car celui-ci avait donné refuge à plusieurs reprises à des prêtres réfractaires et avait laissé les Vendéens s'emparer du plomb dans la verrerie de Varades dont il était propriétaire. Le père fut condamné à mort et exécuté (fusillé le 8 avril 1793).

Jean-Louis reçut quant à lui un ordre d'incorporation dans l'armée du Rhin. Il préféra traverser la Loire et rejoindre les Vendéens de Bonchamps parmi lesquels servait déjà son frère aîné. Ce dernier, aide de camp de Bonchamps, avait été tué à la bataille de Torfou (?). Jean-Louis le remplaça. Il fit la Virée de Galerne, s'étant mis à la disposition de Stofflet après la mort de Bonchamps en octobre 1793.

De retour en Vendée en 1794, il poursuivit la lutte avec ce même Stofflet et s'illustra en entrant dans Ancenis, en août.

En 1798, il fut employé dans l'administration des Salines de l'Est.

Il mourut le 21 juillet 1844, chevalier de Saint-Louis. [à Saint-Ouen, Seine-Saint-Denis - pas de registres numérisés]

 

Extrait : Vendéens et Républicains dans la Guerre de Vendée - par Frédéric Augris - Tome I - 1993

AD44 - Registres paroissiaux de Varades

États détaillés des liquidations faites par la Commission d'indemnité - volume 2 - 1828

Généanet