TERVES
LA RÉPARATION DE LA FLÈCHE

Terves église z


La réparation de la flèche, au lendemain de la guerre 1914-1918, fut l'occasion d'en descendre le coq et lui faire visiter, une à une, toutes les familles de la paroisse, pour lesquelles il avait été depuis près de quarante ans, le seul élément de météo.


Les visites terminées et copieusement arrosées, notre bon vieux coq, enveloppé d'une somptueuse gerbe de fleurs, fut à nouveau hissé sur son piédestal rajeuni. Des semaines durant, comme les Galiléens au jour de l'Ascension, les Tervais jetaient un regard d'admiration, presque de tendresse, vers celui qui n'avait pas daigné leur faire entendre sa voix et que pourtant ils avaient caressé avec amour, lors de sa visite impromptue.


Mais voici qu'une inquiétude se dessine : le coq, depuis sa "remontée" demeure figé dans une immobilité glaciale. Qu'avons-nous fait, grand Dieu, pour que pareille chose nous arrive ? Simplement, bonnes gens, la gerbe se désagrégeant, quelques brindilles sont tombées dans la gaine d'accueil et ont bloqué le pauvre malheureux dans une position fixe qui dura plusieurs mois, au grand dam des cultivateurs qui ne savaient plus d'où venait le vent ...


Extrait : Terves - Huit siècles d'histoire - chanoine H. Verger - 1971