BREUZARD RENÉ-JACQUES

DIORS 36 Z


Curé de Diors (depuis 1778), insermenté, il avait dû quitter son poste. Après avoir été obligé d'abandonner sa paroisse, Breuzard, vint d'abord à Azay-le-Féron, où là encore il refusa le serment ; puis s'était retiré à Déols.

Breuzard signature z

Atteint d'une hernie, il demanda le 2 octobre 1792, à être dispensé de la déportation. On l'astreignit alors à se rendre à la maison commune des ci-devant religieuses. Il refusa d'obtempérer à cet ordre et vint se cacher à Déols.

Déols église z

Des brigands avinés l'y découvrirent et s'emparèrent de sa personne. Tout le long du chemin qui conduit de Déols à la Maison des "ci-devant Religieuses de Châteauroux", il fut maltraité horriblement, blessé à coups de mouchoirs remplis de pierres, piqué avec un compas de charpentier, jeté à terre, piétiné dans la boue, puis lancé en l'air et retombant lourdement.

On l'enferma plus mort que vif avec les autres prisonniers. Un mandat d'amener et de déporter avait été, en effet, lancé contre lui, le 19 septembre 1792.

Au 16 janvier 1793, il toucha un faible secours, mais il mourut deux jours après, le 18 janvier 1793, à l'âge de 55 ans (à la maison de réclusion de Châteauroux).

Breuzard décès Châteauroux


Bulletin de la Société académique du Centre - 9e année - n° 4 - Octobre-Décembre 1903

AD36 - Registres d'état-civil de Châteauroux