VIHIERS
15 MARS 1793

A Vihiers, le 15 mars 1793, les gardes nationaux, qui devaient si lâchement décamper, le lendemain, devant les paysans de Cathelineau, se livrent à une scène de cannibales au cours de laquelles ils égorgent et martyrisent un pauvre vieillard.

Voici, d'après le témoignage d'un contemporain, comment l'abbé Deniau raconte cet épisode :

"Les patriotes de Vihiers, à la nouvelle de la prise de Jallais et de Chemillé ..., avaient appelé à leur secours les gardes nationaux républicains de leur canton, et ceux de Doué et de Saumur. Ces gardes nationaux avaient répondu à leur appel, au nombre d'environ de dix mille hommes, et ils s'étaient établis dans la ville de Vihiers ...

Ils avaient amené à leur suite, chargé de chaînes, le régisseur du château de Tigné, M. des Aulnaies, respectable vieillard qui avait refusé, la veille, de leur livrer la clef de sa caisse et que pour ce crime, ils venaient de condamner à mort.

Dans la soirée du 15, ils l'avaient conduit au pied de l'arbre de la Liberté, qui était planté au centre de la ville de Vihiers, vis-à-vis de l'hôtel du Lion-d'Or.

Là, poussant autour de lui des cris de fureur et de rage, ils l'avaient égorgé ; puis ils s'étaient hideusement barbouillé le visage de son sang et avaient traîné ses restes sur le pavé, en poussant des hurlements qui glacèrent d'effroi tous les habitants. Cette fête de cannibales s'était prolongée toute la nuit."


La Vendée Historique - n° 12 - Décembre 1909

 


 

Château de Tigné z

 

 QUI ÉTAIT CE MONSIEUR DES AULNAIES ???

 

Ancien receveur du château de Tigné, Denis-Alexandre-Jean Cosnu de Saunay était maire de cette paroisse depuis 1792.

 

Cosnu Desaunay signature z

 

La version corrigée du Dictionnaire de Maine-et-Loire (AD49 - 1996) précise les circonstances et la date de la mort du maire :

"Denis-Alexandre Cosnu-de-Saunay, ancien receveur du château de Tigné (R.P. de Tigné, 12 janvier 1773), massacré à Vihiers le 14 mars 1793."

"Passant par Tigné, la garde nationale d'Ambillou arrête le maire, Denis-Alexandre-Jean Cosnu de Saunay, favorable aux insurgés, et qui sera massacré à coups de tranche-marc et de piques sur la place de Vihiers." 

Cette date semble être confirmée par un acte de naissance trouvé dans les registres de Tigné, en date du 14 MARS 1793 à SIX HEURES DU SOIR.  Il est rédigé par Louis Matignon, officier municipal  dans lequel il précise ses fonctions :

"faisant les fonctions d'officier public au moyen de la vacance de l'officier PAR LA MORT DU CITOYEN COSNU, qui en faisoit les fonctions ..."

Ainsi donc Denis-Alexandre-Jean Cosnu de Saunay, maire, aurait été massacré le 14 mars 1793 avant six heures du soir.

 

Cosnu Desaunay acte suite à sa mort 14 mars

 

♣♣♣

 

Quand à savoir s'il était réellement "un vieillard", j'en doute. Aucun indice n'a pu m'aider à trouver le lieu et la date de sa naissance. Néanmoins, l'acte de son mariage, rédigé en 1773, indique que son épouse a 21 ans ... Vingt ans séparent 1773 de 1793, et même si Denis Cosnu pouvait être plus âgé qu'elle, je pense qu'il ne pouvait pas être "un vieillard" en mars 1793.

Le 12 janvier 1773, Denis-Alexandre-Jean Cosnu, sieur de Saunay, Receveur du château de Tigné, fils de défunt Denis Cosnu, sieur de Saunay et de défunte demoiselle Anne Chaillou de la paroisse d'Aubigné, avait épousé, dans la chapelle du château de Tigné, demoiselle Marie Ganeau (ou Gasneau), âgée d'environ 21 ans, fille de défunt sieur Urbain Ganeau, vivant Receveur du château de Tigné et de demoiselle Perrine Poissonnière de la paroisse de Tigné.

Il ne semble pas que le couple ait eu des enfants.

Il n'existe pas d'acte de décès concernant Denis Cosnu dans les registres de Tigné ou de Vihiers.

Le 22 germinal de l'an IV (11 avril 1796), Marie-Perrine Ganeau (ou Gasneau), veuve de Alexandre-Denis Cosnu, se remarie, à Tigné, avec Mathieu-Philippe-Claude Renaud, 46 ans, officier de santé, fils de René Renaud et de Marie Ferrand, veuf en premier mariage de Renée-Thérèse-Louise Gendron.

 

 AD49 - Registres paroissiaux et d'état-civil de Tigné.