LOUIS IMBERT

DESSERVANT DE LA GAUBRETIÈRE (?), DE MOUILLERON-EN-PAREDS (1815), AUMÔNIER A FONTENAY, CURÉ DE BENET, DE POIROUX
1751-1832

Imbert acte de naissance

Fils de Pierre Imbert et de Marie-Anne Carré, Louis est né le 26 avril 1751, à Fontenay-le-Comte, paroisse Notre-Dame.

M. Imbert était un ancien curé de La Ronde, en Gâtine.

Réfractaire aux lois révolutionnaires, il vint se réfugier dans notre pays, y demeurant pendant les années de guerre et de persécution. Cependant Chassin le place au nombre des prêtres embarqués pour l'Espagne le 9 septembre 1792. Il est possible qu'il ait été exilé, mais alors ce ne fut pas pour longtemps, car d'après les Chroniques paroissiales, on le trouve desservant en 1794 et 1796, la paroisse de Beaurepaire, où il se tenait caché, à la métairie des Laitières.

 

Imbert à Beaurepaire curé de La Ronde

Beaurepaire Les Laitières

 

Il exerça les fonctions d'aumônier de l'hospice à Fontenay. Après 1802, M. Imbert succéda à M. Arraudet, curé de Poiroux, avant et aussitôt après la Révolution. Au mois de septembre 1821, il fut transféré à la cure de Benet, paroisse privée de prêtres depuis trois ans.

"D'après une délibération fabricienne, il dut trouver l'église en mauvais état. On y lit : "A l'époque de la Révolution, l'église a été dépouillée de ses ornements ; on a brisé tout ce qui pouvait l'être ... Les fonts baptismaux ont été renversés, leurs grillages ont disparu. Le pavé même a été enlevé, et ces lieux vénérables ont été changés en une salpètrière. On n'y voit encore que les tristes vestiges de ces profanations, et les fidèles en entrant dans le temple saint, peuvent à peine savoir, pour y remercier Dieu, le lieu où ils ont reçu la première grâce du christianisme ... L'autel, le tabernacle ont été mutilés, les dorures ont disparu, les boiseries ne sont plus, soit qu'elles soient tombées de vétuste soit qu'elles étaient brisées". (7 floréal an XI).

Benet église

L'autorité ecclésiastique ne présuma pas trop de son zèle, bien qu'il fut âgé de 70 ans. Il eut beaucoup à faire pour restaurer convenablement le lieu saint, avec les faibles ressources qui étaient à sa disposition. L'état des âmes ressemblait à celui du lieu saint. Des jeunes gens n'avaient pas fait leur première communion, des paroissiens nombreux étaient sans pratique religieuse ; tous ces abandons de la foi réclamaient de grands soins.

En 1825, il laissa la paroisse aux mains de M. Lussagnet, et se retira à Bois-Grolland en Poiroux.

Il est décédé à Fontenay le 22 janvier 1832, à l'âge de 81 ans.

 

IMBERT LOUIS acte décès

A. Baraud, prêtre
AD85 - L'Étoile de la Vendée - n° 2225 - Jeudi 20 février 1908