Commune-Affranchie, 27 du pluviôse (Dép. du Rhône)

 

ORTOGRAFE 3

 


Un citoyen vient de publier un fragment d'écriture figurative de la prononciation, qu'il appelle l'orthographe populaire, il désireroit qu'on bannît des mots toutes les lettres oisives qui ne concourent pas aux sons.

Voici un échantillon de sa manière :

"Quele piété, de nous faire voyager, plusieurs anées, vers Atene & dans Rome l'anciene, avec le seul but de nous faire écrire, au gré des peuples de ces cités, une infinité de mots qu'ils prononçoient autrement que nous ! Laissons donc cete ortographe sientifique aus auteurs létrés, & suivons la nature en adoptant une manière d'écrire qui, par la prontitude de la main & par la sinplicité de l'articulation, méritera d'être apelée l'ortografe des Sanculotes."

"La convencion nationale a décrété un plan d'instruccion publique, & chargé son comité de recueillir touts les moyens proposés pour faciliter la lecture françaçise. Je suis convincu que l'uniformité que je propose est le meilleur, si l'on y ajoute, dans la pratique, de faire lire à la manière ébraïque, c'est-à-dire, de ne faire prononcer aux enfants aucune consone sans le concours d'une voyele."

Le temps seul justifiera si cette méthode qui n'est pas sans avantages d'ailleurs, prévaudra sur l'ortographe étymologique à laquelle il faut souvent recourir pour apprécier la valeur des termes.

 

(AD76 - Le Journal de Rouen - JPL 3_12 - 20 février 1794)