SAINT-CLÉMENTIN (79)
LA CHAPELLE DE SAINT-AUDOIN OU DE SAINT-OUEN

 

Chapelle Saint-Ouen

 

A Saint-Clémentin, tout près de la chapelle des Rosiers, se voit un édifice fort humble dont le mur de chevet est percé de deux étroites fenêtres romanes ; deux sortes de soupiraux sont pratiqués dans le mur de la façade ; au-dessus de celui de gauche se trouve une pierre de granit portant cette inscription : "tronc pour l'antretiens de cette chapelle".

La chapelle consacrée à Saint Ouen, mort évêque de Rouen en 683, est très ancienne ; elle est citée dans la bulle pancarte datée de Vérone, le 5 des calendes de janvier 1186, par laquelle le Pape Urbain III confirmait à l'abbaye de Saint-Florent de Saumur la possession de diverses églises et chapelles : "Ecclesia S. Clementini cum capellis S. Marie et S. Audoeni."

 

P1020118

 

Le culte de Saint-Ouen était en grand honneur dans ce pays ; le 14 septembre 1583, Henri III créait par lettres-patentes une troisième foire à Saint-Clémentin pour le 24 août, jour de la Saint Audoin. M. Moigars dans les Affiches du Poitou, de 1779 parle "de la chapelle de Saint Ouen où on va en dévotion le jour du Patron".
La date de 1736 qui se voit à l'intérieur rappelle la restauration de la chapelle à la suite du fait suivant dont la tradition locale nous a transmis le souvenir.

Un farinier du moulin du Pont-d'Arche rentrant ivre à son domicile aurait en passant insulté, frappé, jeté à terre et mutilé la statue de Saint Ouen, qui a conservé les marques de cette brutale agression. Le sacrilège fut châtié sur le champ, l'homme devint sourd et muet. Quant l'ivresse fut passée, le malheureux, pris de repentir, fit le voeu de reconstruire la vieille chapelle s'il obtenait la guérison ; ce qui fort heureusement lui arriva. Ce miracle serait l'origine du recours à Saint Ouen dans les cas de surdité. Le sourd met sa tête dans une sorte d'excavation dans le flanc de l'autel et fait brûler un cierge en l'honneur de Saint-Audoin.

Vendue comme bien national, la chapelle de Saint Ouen fit retour à l'église de Saint-Clémentin après la Révolution ; il en avait été de même pour la chapelle des Rosiers.

 

Saint Ouen

La Tradition rapporte que Saint Ouen venant de l'Anjou et se rendant à Saint-Jacques de Compostelle ressuscita un mort sur son chemin.

Saint-Clémentin était la route suivie par les pèlerins de Saint-Jacques venant de l'Anjou. Ne serait-ce pas là le lieu du miracle et l'origine de la Chapelle de Saint Ouen ?

 

P1080013


Extrait : Monographies des villes et villages de France - Argenton-Château et ses environs - par l'abbé Michaud