CAILLAUD DANIEL

 

BOISMÉ

 

 

Curé de Boismé, près Bressuire, dans le diocèse de Poitiers, il se garda bien de faire le serment schismatique de 1791 ; et lors même qu'il auroit voulu abandonner ses paroissiens pour obéir à la loi de déportation, ceux-ci l'en auroient empêché.

Il étoit, en quelque sorte, sous la protection de l'armée catholique et royale ; mais, dans les vicissitudes qu'elle éprouva, le curé Caillaud fut pris par les révolutionnaires, qui le livrèrent au tribunal criminel du département des Deux-Sèvres, siégeant à Niort.

Ce tribunal, devant lequel il comparut le 13 nivôse an II (2 janvier 1794), ayant l'usage de condamner alors tous ceux qui étoient livrés de cette manière, comme "brigands de la Vendée", n'employa pas d'autre motif de condamnation, en envoyant de suite ce curé à la mort. (Les martyrs de la foi pendant la Révolution française par Aimé Guillon - 1821)

 

signature Caillaud curé de Boismé

 

CAILLAUD Daniel, âgé de 62 ans, curé de Boismé, a suivi l'armée des rebelles et pris part à l'émeute. Condamné à mort.
Éxécuté à Niort le 3 pluviôse an II (22 janvier 1794) (La Justice révolutionnaire à Niort - Antonin Proust)