Saint Georges

 

LÉGENDE SUR LA FORÊT DE SAUTRON, AN 1026

C'est vers cette époque que l'on rapporte l'histoire d'un serpent monstrueux, qui dévorait les passants et les voyageurs, dans la forêt qui s'étendait depuis le château de Sesmaisons (la Saulsinière) jusqu'à Sautron.

Trois chevaliers, dont la tradition n'a pas conservé le nom, attaquèrent ce monstre ; l'un d'eux fut dévoré par lui, mais les deux autres le tuèrent. On rapporta le corps en triomphe et processionnellement. L'évêque fit détacher les ossements de la mâchoire et les renferma dans une boîte d'argent, qui fut déposée dans le trésor de la cathédrale, où nos pères les voyaient encore, à ce qu'on affirme, en 1773.

En mémoire de cet évènement, les habitants de Nantes firent bâtir la chapelle de Miséricorde sur le point où les deux chevaliers remportèrent la victoire.

Ce combat fut retracé sur les vitraux de la chapelle avec cette inscription rimée :
"UN ROI DESSUS UN BLANC CHEVAL
TIRE L'ARC POUR FAIRE MAL,
UN AUTRE SUR UN CHEVAL ROUX
TIRA L'ÉPÉE TOUT EN COURROUX,
L'AUTRE SUR UN CHEVAL NOIR
VIT LA MORT ET L'INFERNAL MANOIR."

Il est inutile de dire que la certitude de cet évènement ne repose que sur la tradition populaire. (Annales de Nantes, par F.-C. Meuret, 1837, chez Suireau, libraire, Tome I, page 95).

Cette chapelle, dans la partie Sud-Est de la forêt de Sautron, était placée sous le vocable de la Sainte Vierge Notre-Dame de Miséricorde, à l'Est du lieu où existe le cimetière actuel de ce nom.

Renversée en 1793, elle n'a pas été rétablie. La statue de la Vierge a été transportée dans l'église de Saint-Similien.

Extrait : Monographie du prieuré de Notre-Dame de Bois-Garand sur la commune de Sautron par M. Phelippes-Beaulieux - 1865