LÉGION DES AMÉRICAINS - 13EME CHASSEURS

Légion des Américains 3

 

Le 7 septembre 1792, plusieurs hommes de couleur, disposés à se former en compagnie franche, se présentent à l'Assemblée Nationale. Ils sont admis à la séance, et l'un d'eux, M. Raimond, dépose la pétition suivante :


"LÉGISLATEURS,
Lorsque votre loi bienfaisante du 24 Mars dernier nous rappela à nos droits, nous fîmes le serment de verser notre sang pour la défense de la Patrie.
Ce serment sacré nous devons le tenir ; ainsi que tous les Français nous brûlons du désir de voler aux frontières.
Législateurs, nous sommes en petit nombre, mais si vous daignez seconder notre zèle, il s'augmentera et nous formerons un corps nombreux.
En conséquence nous vous supplions d'autoriser le Ministre de la Guerre à nous organiser le plus promptement possible en Légion franche sous le nom qu'il vous plaira de lui donner.
Si la Nature, inépuisable dans ses combinaisons nous a différenciés des Français par des signes extérieurs, d'un autre côté elle nous a rendus parfaitement semblables en nous donnant comme à eux un coeur brûlant de combattre les Ennemis de l'État.
Pour moi, Messieurs, choisi par mes frères pour être l'interprète de leurs sentiments, je suis privé par mon âge et par une mission particulière de les suivre dans les carrière de l'honneur, mais je contribuerai d'une somme de cinq cents livres par chacune année (dont voici le premier trimestre) aux frais de l'équipement de cette troupe et j'ajouterai un prix de pareille somme pour celui d'entre eux qui fera une action digne de votre éloge.
Signé : RAIMOND (avec paraphe)."


M. Raimond, citoyen de couleur, dépose sur le bureau le premier trimestre la somme de cent vingt-cinq livres.
L'Assemblée Nationale applaudit à ce zèle et à ce patriotisme, les autorise à se former en compagnie franche et les renvoie au Conseil Provisoire Exécutif.
Elle ordonne la mention honorable et l'insertion de l'adresse au procès-verbal, en décrète l'impression et l'envoi aux 83 départements.


Le 8 septembre, l'Assemblée décrète la formation d'un corps de troupes légères, composé d'hommes de couleur, sous la dénomination de Légion Nationale du Midi, et comprenant de l'infanterie et de la cavalerie, savoir : Huit cents chasseurs à pied - Deux cents chasseurs à Cheval.
Chaque compagnie est ainsi composée : 1 Capitaine, 1 Lieutenant, 1 Sous-Lieutenant, 1 Sergent-Major, 3 Sergents, 1 Caporal-Fourrier, 6 Caporaux, 2 Tambours ou Trompettes, 84 Chasseurs ; Total : 100.
Le corps s'organisa rapidement ; des volontaires accoururent de toutes parts, Hommes de couleur et Français.
Dès le 15 Septembre, une grande partie des cadres étaient désignés.

 

CHEVALIER DE ST GEORGE


Ce furent :
Chef de Brigade : Chevalier de St-Georges.
Chefs d'Escadron : MM. La Roche Champreux et Dumas.
Quart. Maître Trésor : M. Aveneaux.
Capitaines : MM. Barrier, Froger, Mancent, Michel, dit Bissardon, Saint-Ange, Josset et Col.
Lieutenants : MM. Pouchin, Verbecq, Colin, Duhamel, Fourneau, Servan, Narcisse, De Lavitte et Roberjot.
Sous-Lieutenants : MM. Laurin, Auger, Gaybler, Prévost, Dantigny, Mutel, Leblanc, Etienne, Marand, Mastrick, Hello, Bienfait et Joubert.


La Légion Nationale du Midi fut de suite dénommée Légion Nationale des Américains et du Midi, pour ne pas la confondre avec la Légion de l'Armée du Midi créée par la loi du 27 avril 1792, et qui plus tard devint Légion des Alpes.


Puis on la désigna ensuite plus fréquemment par les noms de Légion Saint-Georges - Légion des Américains - Légion des Hommes de Couleur.

Et sa cavalerie par ceux de : Hussards Américains et du Midi - Chasseurs Américains.


Le 7 novembre, 400 hommes à pied et 150 hommes à cheval, réunis à Paris, quittent cette ville et arrivent le 16 à Amiens, où il est procédé à l'organisation définitive de la Légion.


Le 6 décembre 1792, la Convention Nationale décréta que la Légion ne serait composée que d'hommes à cheval :
DÉCRET pour l'organisation d'une Légion franche à cheval le 6 décembre 1792.
La Convention Nationale, après avoir entendu le rapport de ses Comités de la Guerre et des Finances, décrète ce qui suit :
ARTICLE PREMIER - La Légion franche formée provisoirement en vertu du décret du 5 septembre, dernier, sous la dénomination de Légion des Américains, sera définitivement organisée à l'instar des Chasseurs à Cheval.
ART. 2 - Les appointements, solde et masses de cette troupe seront en tout conformes à ceux des autres régiments de Chasseurs à Cheval.
ART. 3 - La Trésorerie Nationale tiendra à la disposition du Ministre de la Guerre jusqu'à concurrence de la somme de 174.549 livres pour solde et appointements ; de 325.420 livres pour les différentes masses et de 688.000 livres pour les dépenses de première mise relatives à l'habillement et l'Equipement de cette troupe.


COMPOSITION DE L'EFFECTIF
État-Major : 1 Colonel, 1 Lieutenant-Colonel, 1 Quart.-Maître Trésorier, 1 Chirurgien-Major, 2 Adjudants, 1 Trompette-Major, 1 Maître maréchal, 1 Maître sellier, 3 Maîtres ouvriers.
Une Compagnie : 1 Capitaine, 1 Lieutenant, 2 Sous-Lieutenants, 1 Maréchal des Logis Chef, 4 Maréchaux des Logis, 1 Brigadier-fourrier, 8 Appointés, 101 Chasseurs, 2 Trompettes, 1 Maréchal-ferrant.


La Légion ne comprit d'abord que trois Escadrons à deux compagnies qui partirent d'Amiens le 9 janvier 1793, et arrivèrent à Laon le 14 janvier.
La Légion devint dans cette ville 13e Chasseurs à cheval.


Le 21 février, le Régiment est envoyé à Lille où il arrive le 28, et il est désigné pour faire partie de l'Armée de Belgique.
Les hommes de couleur sont retirés des Escadrons et restent à Lille, excepté la 1ère Compagnie, Compagnie américaine, qui suivit son Escadron.
L'armée de Belgique battant en retraite, le Régiment reste à Lille.


Par ordre du 17 Mars, les hommes de couleur du dépôt sont dirigés sur Brest où ils doivent former des Compagnies franches pour les Colonies.


Ils marchent en deux colonnes :
1 - Une de 67 hommes qui arrive à Rouen le 23 avril, en repart le 5 mai pour aller à Brest, mais fut envoyée à Nantes.
2 - Une de 70 hommes qui fut dirigée sur Paris, d'où elle repartit le 1er mai pour Brest. Elle arrive le 18 mai à Nantes, y est arrêtée, et se joint à la première colonne.
Ces deux colonnes réunies sont encore à Nantes le 25 août.


Elles ne sont dirigées qu'en septembre sur Brest et entrent dans les bataillons des Antilles en Octobre.
Le 27 avril 1793, par ordre du Ministre en date du 23 avril, la 1ère Compagnie américaine, forte de 73 hommes, à l'armée du Nord, est détachée pour passer à St-Domingue à l'effet d'y faire le service de la Gendarmerie Nationale.


Cette Compagnie obéit d'abord à l'ordre du Ministre, et se dirigea sur Brest ; mais, étant en route, et ayant conçu quelques inquiétudes sur le trajet, qu'on lui faisait faire, elle députa à Paris quelques-uns des militaires qui la composaient, et sur les représentations qu'ils firent, la Convention Nationale rendit le 19 juin 1793 un décret par lequel le Ministre de la Guerre fut chargé d'employer partout ailleurs que dans les Colonies cette Compagnie d'hommes de couleur.

 

13E CHASSEURS A CHEVAL 1793

 


Elle fut envoyée en Vendée.
Les Représentants du Peuple Gillot et Carrier, alors en mission à l'Armée de l'Ouest, autorisèrent le commandant de la Compagnie à faire des recrues jusqu'à la concurrence de 300 hommes.
Elle se recruta en effet, et portée à ce nombre, fut considérée à l'Armée de l'Ouest comme un corps.


Dans le mois de Germinal an II, après la Guerre de Vendée, cette Compagnie fort réduite, fut incorporée aux Escadrons du 13e (bis) Régiment de Chasseurs à Cheval à Tours.

En mars 1793, le dépôt du Régiment est envoyé d'Amiens à Béthune : 225 hommes.

Le 4 juin, la Convention Nationale approuve le rang des Régiments de Cavalerie nouvellement créés. La Légion américaine, devenue 13e Chasseurs, conserve son numéro.


Le 1er juillet 1793, le Chef de Brigade, le Chevalier de Saint-Georges, demande au Ministre de compléter le Régiment en officiers, et de confirmer dans leurs grades ceux encore présents au Régiment. - Beaucoup avaient disparu, envoyés dans d'autres corps ou dans les Compagnies de Cavalerie Nationale, ou par suite du trop grand âge ; aucun n'avait été remplacé.


Les officiers présents à cette date sont :
Chef de Brigade : Le Chevalier de Saint-Georges.
Chefs d'Escadrons : MM. La Roche Chapreux et Dumas.
Quartier-Maître Trésorier : M. Avenaux.
Capitaines : MM. Pouchin, Duhamel, étaient lieutenants à la formation de la Légion ; Barrier, Froger, Mancest, et Michel, dit Bissardon.
Lieutenants : MM. Fourneau, Roberlot, Gaybler, Dantigny étaient sous-Lieutenants à la formation de la Légion ; Verbecq.
Sous-Lieutenants : MM. Prévost, Mutel, Laurin, Auger et Joubert.


La Convention approuve la confirmation de ces officiers dans leurs grades, et autorise le Chef de Brigade à proposer pour les emplois vacants les sujets qui ont pu remplir les fonctions jusqu'à ce jour, en justifiant par eux des titres et conditions exigés par la loi.


Par suite de la suppression des corps francs à cheval, le Régiment reçoit par incorporation un détachement de Dragons de la Manche le 16 août, un de Dragons de la Seine-Inférieure, le 3 septembre et un de la Cavalerie de la Légion Franche des Bataves, le 18 novembre.


Par décret du 3 brumaire an II (24 octobre 1793), la Convention Nationale avait prescrit que chaque Escadron serait porté à 170 hommes par enrôlement tant des citoyens que des militaires en activité de service dans l'Infanterie.


Le 14 brumaire an II (4 Novembre 1793), le Régiment fut réorganisé sur ces bases par arrêté des Représentants Isoré et Chales.
Il fut porté successivement à 4, puis à 6 Escadrons, en exécution du décret du 26 nivôse an II (15 janvier 1794) sur l'organisation de la Cavalerie de la République.
Le Régiment reste à Lille jusqu'au 1er avril 1794 puis est envoyé à Douai : Effectif 909 hommes.
Le dépôt est le 1er juin à Soissons et compte 307 hommes.
Le 24 juillet, l'effectif total du Régiment est de 1275 hommes.


Le Régiment est employé à l'armée du Nord.
Par arrêté des Représentants du Peuple près les Armées du Nord et de Sambre-et-Meuse en date du 15 janvier 1795, le 13e Chasseurs est supprimé.
Le 20 janvier, à Anvers, il reçoit l'ordre de se rendre à Arras.
Un dépôt intermédiaire créé à l'Armée du Nord se rendit également dans cette place.
Le même arrêté avait supprimé le 13e bis Chasseurs, à l'armée de l'Ouest.
De l'amalgame de ces deux Régiments, on forma le 11 avril 1795, un nouveau 13e Chasseurs qui vécut jusqu'en 1815.

Historique du 13e régiment de chasseurs et des chasseurs à cheval de la garde
par P. Descaves
1891