SAINT-PIERRE-DU-CHEMIN  -  MARIE-ROSE-JACQUETTE TEXIER

st pierre du chemin



Des archives du diocèse de Luçon (décembre 1932) :

Le 8 ventôse, an 2, c'est-à-dire le 26 février 1794, à Fontenay-le-Comte, sur la place Viète, appelée alors place de la Révolution, fut guillotinée une jeune femme nommée Marie-Rose- Jacquette Texier.
Elle avait 33 ans, étant née le 7 avril 1750 : avant-dernière d'une famille de onze enfants.

acte naissance Marie Rose Jacquette Texier


Les griefs que retint contre elle le Tribunal révolutionnaire, étaient :
1° d'avoir offert un asile aux "brigands" (Dans le style de l'époque, les brigands, c'étaient les prêtres)
2° de leur avoir fourni des vivres
3° de s'être montrée contre-révolutionnaire, c'est-à-dire d'avoir fermement désapprouvé les mesures prises contre la religion.
Comme on le voit, c'est vraiment pour sa foi que cette sainte fille, est montée sur l'échafaud.
Si, un jour, elle est honorée comme bienheureuse et martyre, il n'y aura pas lieu d'être surpris.
Or, ce qui nous intéresse spécialement, c'est que cette intrépide chrétienne avait pour mère une paroissienne de Saint-Pierre-du-Chemin.


Son père, René Texier, de la Gestière de Saint-Maurice-des-Noues, avait épousé dans l'église de Saint-Pierre Marie-Jeanne Guillemet.
C'était à la fin de novembre 1732.
Marie-Jeanne Guillemet demeurait à la Monselière, en la paroisse de Saint-Pierre-du-Chemin, où, disent les Archives, ses parents étaient tenus en grande estime. Leur influence était d'autant mieux établie qu'ils disposaient d'une fortune réputée alors considérable. Par son mariage, Marie-Jeanne Guillemet apporta en dot à René Texier les deux fermes de la Villette et de la Fillolière. Le père de son mari, Jacques Texier, avait le titre de Sieur de la Piltière.

Bulletin Paroissial
1933