DIX ANNÉES D'ÉVENEMENTS A LYON

1790
- Formation des départements du Rhône et de la Loire, des anciennes provinces du lyonnais, Forez et Beaujolais.
- 16 janvier. Organisation de la garde nationale.
- 6 février. Décret qui réunit la Guillotière à la ville.
- 7 février. Émeute populaire. Pillage de l'Arsenal.
- 9 février. La municipalité prête serment à la porte de l'Hôtel-de-Ville, en présence de la commune.
- 12 avril. M. Savy, premier maire de Lyon, est installé.
- 30 mai. Fédération martiale jurée aux Brotteaux par environ 50 mille gardes nationaux. Conspiration de Guillin de Poujelon, d'Escar et Terrasse, de Teysonnet. Ils sont enfermés à Pierre-Scize. Clubs et sociétés populaires. - Douze justices de paix.
- 19 juillet. Massacre d'Antoine Lagier, soldat du régiment suisse de Sonemberg. - 27 juillet. Premières ventes des biens du clergé.

1791
- 11 avril. Arrivée de Lamourette à Lyon.
- 21 mai. Établissement du tribunal de commerce.
- 26 juin. Massacre de Guillin-Dumontel, à Poleymieux.
- 8 juillet. Plantation de l'arbre de la liberté sur la place des Terreaux.

1792
- Chalier suspendu de ses fonctions municipales.
- 8 avril. Jour de Pâques ; les femmes sont fustigées et les hommes assaillis de pierres à la sortie des offices divins aux portes de l'église des Claristes.
- 28 août. Destruction de la statue de Louis XVI à Bellecour.
- 9 septembre. Auto-da-fé, aux Brotteaux, des titres de noblesse et portraits des échevins. Le soir, massacre de 11 prisonniers à Pierre-Scise.
- 10 septembre. Pillage des boutiques.

 

Siège de Lyon


1793
- La guillotine en permanence sur les Terreaux.
- 15 janvier. Des tables, placées sur la voie publique pour recevoir les votes des citoyens sur le jugement de Louis XVI, sont renversées par des jeunes gens.
- 27 mai. Chalier fait arrêter les chefs de sections par la municipalité.
- 29 mai. Les sections s'insurgent armées.
- 30 mai. Elles forcent les clubistes et s'emparent de l'Hôtel-de-Ville. Emprisonnement de Chalier, Gaillard, Riard et autres.
- 1er juin. Ils installent une autre municipalité.
- 16 juillet. Supplice de Chalier.
- 19 juillet. Précy prend le commandement des forces de Lyon.
- 22 juillet. Supplice de Riard, sur la place des Terreaux.
- 8 août. Commencement du siège de Lyon, par Kellermann. Premiers faits d'armes entre les Lyonnais et l'armée assiégeante, à Caluire, Cuire, etc. Gingène, qui y commandait une redoute, s'y distingue avec plusieurs autres.
- 22-23 août. Premières bombes lancées et premiers boulets rouges tirés sur Lyon de la redoute de Montessuy.
- Nuit du 24 au 25 août. Bombardement ; explosion de l'Arsenal. Grand nombre de maisons incendiées dans divers quartiers de la ville.
- 2 septembre. Création d'un papier de commerce obsidional, jusqu'à la concurrence de 50 mille francs.
- Nuit du 7 au 8 septembre. Le soldat Tourtoulon éteint les mèches de plusieurs brûlots lancés contre le pont Morand.
- 19 septembre. Prise du poste de la Duchère.
- 23-24 septembre. Prise de la redoute du pont d'Oullins.
- 26 septembre. Prise de la redoute du cimetière de Cuire par les assiégeants.
- 29 septembre. Les assiégeants sont repoussés vivement de la chaussée de Perrache où ils avaient pénétré.
- 9 octobre. Précy sort de Lyon avec une partie de son armée. Entrée de l'armée républicaine.
- 12 octobre. La Convention donne à Lyon le nom de COMMUNE-AFFRANCHIE, et crée une commission extraordinaire pour juger militairement.
- 26 octobre. Couthon se fait transporter à Bellecour, frappe d'un marteau d'argent les maisons ou façades qui doivent être démolies. Démolition de ces maisons, du château de Pierre-Scise et de Bourgneuf, etc.
- 2 novembre. Supplice de François-Dominique Dutroncey, homme de loi, le premier qui fut guillotiné après le siège.
- 10 novembre. Apothéose de Chalier, les églises dévastées et fermées, les vases sacrés profanés ; même jour, procession d'un âne revêtu d'habits sacerdotaux.
- 18 décembre. Dénomination républicaine de plusieurs places et rues (Du 1er novembre au 13 avril suivant 1.682 citoyens fusillés, mitraillés ou guillotinés, par jugement de la commission).
- 5 décembre. 209 Lyonnais fusillés ou mitraillés ensemble aux Brotteaux. (Selon Prudhomme, 31.999 personnes ont péri à Lyon, pendant la terreur et le siège, et 1.674 maisons ont été démolies ou incendiées).

 

Fusillades de Lyon



1794
- 7 janvier. Arrêté des représentants, portant que les sépultures se feront hors de la ville.
- 10 mars. Fête de la Liberté-Égalité, aux Brotteaux, où les ouvriers portent chacun un instrument de leur profession.
- 8 juin. Fête de l'Etre-Suprême sur la place de la Fédération (Bellecour). Dans le mois précédent, fête de la Raison, dans l'Eglise de Saint-Jean.
- 7 septembre. Décret qui rend à Lyon son nom.
- 16 octobre. Fête de J.-J. Rousseau.

1795
- 14 février. Joseph Fernex, juge de la commission temporaire, est jeté au Rhône.
- 18 février. Fête de la Concorde.
- 23 avril. Désarmement des jacobins.
- Nuit du 4 au 5 mai. Massacre des mathevons ou terroristes détenus dans les prisons.
- 29 mai. Fête funèbre aux Brotteaux, en l'honneur des victimes de 1793.
- 11 juillet. Formation d'un camp aux Brotteaux, levé dans le courant d'août.
- 7 septembre. Lyon accepte la nouvelle constitution de l'an III. Ouverture des églises constitutionnelles.
- 10 novembre. Ouverture de la salle de la Bourse au palais Saint-Pierre.

1796
- 8 janvier. La garde nationale est désarmée.
- 21 ai 24 janvier. Monument funéraire, au Brotteaux, incendié.
- 26 Défense de porter des ganses blanches, cadenettes, etc.
- 30 mars. Fête de la jeunesse.
- 3 avril. Suppression des assignats.
- 26 juillet. Le papier-monnaie cesse d'avoir cours forcée à Lyon. Compagnie de Jésus et du Soleil.
- 19 septembre. Ouverture de l'École centrale.
- Octobre. École vétérinaire transférée de la Guillotière à l'Observance.

1797
- 3 juillet. Ambassadeur turc à Lyon. Brigandage des Chauffeurs.
- 27 juillet. Esturgeon de 43 k. pêché dans le Rhône.
- 3 novembre. Ouverture du cours d'anatomie.

1798
- 11 octobre. Octrois rétablis. Société d'agriculture. Annulation des élections primaires.

1799
- 20 mars. Fête de la souveraineté du peuple, dans le temple décadaire (église St-Jean).
- 30 mars. Célébration sous les tilleuls de la place de l'Égalité (Bellecour), de la fête de la jeunesse.
- 11 octobre. Arrivée de Bonaparte revenant d'Egypte ; il est reçu avec enthousiasme.
- 10 décembre. Plantation d'arbres de liberté sur les places.

L'Écho de la Fabrique
n° 23 - 15 août 1842