LA BASTILLE DE BEUZEVILLE

bastille de Beuzeville


La petite commune de Beuzeville-la-Bastille (canton de Sainte-Mère-Église) s'appelait, au XIVe siècle, Beuzeville-la-Chaussée. Elle est traversée, en effet, par une ancienne voie romaine qui franchissait la rivière d'Ouve au Castel de Beuzeville, où existait un gué pavé, prenait dans le marais le nom de "chaussée Bacon", puis celui de "quérière Bertrand", et, se dirigeant sur Bayeux, traversait la baie de Veys.

Le surnom actuel (1899) lui vient d'une tour carrée, dite la Bastille, élevée sur le bord de l'Ouve.

Cette minuscule forteresse existait dès le XIVe siècle ; elle dépendait de la baronnie de Varenguebec et était située sur le fief de Plain-Marais qui, depuis l'an 1400, a été successivement aux mains des Carbonnel, des d'Orglandes, des Simon, des Gourmont, des Thieuville, des Thiboutot, des Juigné, et enfin des Beaufort.

A vrai dire, la bastille de Beuzeville n'était pas une forteresse, mais un poste d'observation, une tête de pont, commandant une route au milieu d'immenses prairies marécageuses et le passage d'un cours d'eau. Aussi, grâce à sa position et en dépit de ses faibles dimensions, a-t-elle joué un rôle non sans importance dans les guerres des XVe et XVIe siècles.

En 1375, la garnison anglaise de Saint-Sauveur-le-Vicomte ne cessant de ravager le Cotentin, l'amiral de France Jean de Vienne fut chargé par Charles V de se rendre maître de cette tour. Il la reprit sur les envahisseurs, ainsi que les "villes" de Pierrepont et de Pont-l'Abbé, et en augmenta les défenses l'année suivante.

A la fin de la seconde occupation de la Normandie par les Anglais, la Bastille de Beuzeville leur fut enlevée, en 1449, en même temps qu'une autre place voisine appelée le Castel, située au sud de la rivière, à l'entrée des marais, entourée de larges fossés, et qui existait encore il y a une soixantaine d'années.

A l'époque de la Révolution, la Bastille était presque intacte ; on y a monté la garde en 1792.

bastille de BeuzevilleLorsqu'on a établi un pont sur l'Ouve, on a constaté que les fondations de la tour étaient bâties sur des pilotis de chêne devenus aussi noirs et aussi durs que l'ébène. On y a trouvé une énorme clef de fer qui a pu être celle de la tour, et une grande épée à deux tranchants.

On remarque, à l'intérieur, du côté sud, les rainures où passaient les chaînes du pont-levis ; à l'extérieur, du même côté, on voit les traces de la maçonnerie d'une pile de pont. A l'entour sont les fondations d'ouvrages accessoires. Une partie de la rivière enveloppait cette petite forteresse, qui se trouvait dans une sorte d'îlot.

Aujourd'hui, la bastille de Beuzeville n'est plus qu'une ruine qui se penche pittoresquement au bord de l'eau, mais dont les restes demeureront debout longtemps encore.

ÉMILE TRAVERS
La Normandie monumentale
et pittoresque
1re [2e] partie
Publication de la Librairie Lemale & Cie, au Havre

La Bastille de Beuzeville fut détruite en 1928.

http://closducotentin.over-blog.fr/article-chateaux-et-fortifications-du-clos-du-cotentin-a-l-epoque-de-la-guerre-de-cent-ans-108780841.html