ROGER DEGAS
MAITRE-VERRIER A MORTAGNE

Roger Degas est né à Mortagne, le 12 avril 1899. Il est le fils d'un artisan peintre en bâtiment et chantre à la paroisse. Entre l'influence de son grand-père maternel, artisan peintre vitrier très sensible au côté "décoratif" de son métier, et celle de son oncle Guilbaud qui l'initie au dessin, la décision est prise de l'envoyer suivre des cours aux Beaux-Arts de Nantes. Il apprend aussi les règles de l'art du vitrail.

ROGER DEGAS 1910Il installe son atelier au 14 de la rue de Cholet, qui est voisin de sa maison natale. Derrière il a un jardin avec ses rosiers, ses tulipes, ses dahlias ... ainsi que des poules de Barbarie, une volière avec des serins, des chats, qui en général portaient le nom de ses voisins ... Leurs soins passent avant tout autre occupation.

L'ATELIER DU MAITRE-VERRIER

Dans l'atelier l'éclairage vient d'une verrière pratiquée dans le toit et par la façade donnant sur le jardin constituée de vitraux blancs. Grâce à cette lumière, il peut comparer les teintes des verres rangés dans des casiers en bois. Des planches posées sur des tréteaux plus hauts qu'à l'ordinaire servent de table de travail.
C'est dans cet atelier que Roger Degas réalise ses vitraux, après en avoir réalisé une maquette en couleur, puis l'avoir agrandi, à l'échelle sur du papier. A partir de ce dessin grandeur nature, il découpe les gabarits en carton fort des différents éléments du vitrail, gabarits qu'il utilise pour découper les verres à l'aide d'un diamant de vitrier. Ensuite il peint les "grisailles" qui nuancent la couleur des verres et y dessinent les visages des personnages et les détails des différentes scènes représentées. Après leur fixage par cuisson, il les assemble et fait la mise en plomb, les soudures à l'étain, puis l'étanchéification (recto et verso) avec de l'huile de lin saupoudrée de blanc d'Espagne, l'excédent étant absorbé par de la sciure qu'il ne reste plus qu'à balayer. Il ne reste plus alors qu'à aller les poser.

ROGER DEGAS OEUVRES

 

ROGER DEGAS 1930Toujours dans cet atelier, un four pour faire cuire les "grisailles" qui se peignent par transparence pour réaliser les visages des personnages et les détails des différentes scènes représentées sur les vitraux. Ce four est alimenté en bois de châtaigner afin d'atteindre les 600° nécessaires à cette cuisson.
Un autre four, plus petit et alimenté en charbon de bois, sert à faire fondre le plomb qui, venant de Penarroya en lingots de 50 kg, est ensuite coulé dans des moules de fonte rainurés, puis, en un travail pénible, étiré en baguettes de longueurs variables.

 

 

ATELIER DE ROGER DEGAS

UNE VIE DE RIGUEUR ET DE TRAVAIL

ROGER DEGAS 1950Roger Degas est aussi musicien, et bien que menant une vie solitaire, il compte de nombreux amis. Parmi ceux-ci, Dom Bouchère (d'origine Mortagnaise), compositeur et organiste à Ligugé, le Père Legeais, prédicateur chez les Montfortains, les architectes Laurentin et Delannoy. Localement il joue un peu les précurseurs, étant le premier à avoir eu un poste de TSF à Mortagne, à y posséder en 1947 une 4CV, à y acquérir un poste de télévision (à la réception problématique).

La guerre de 1939-1940 lui avait fait interrompre la réalisation de vitraux pour l'église du Sacré-Coeur de Cholet, alors en construction (1937-1941, architecte : Maurice Laurentin) et il avait été momentanément réquisitionné par les Allemands pour travailler à Saint-Nazaire.
Cependant l'essentiel de sa vie est consacré à son travail. La semaine c'est l'activité manuelle, les dimanches, c'est la préparation et la peinture des maquettes qu'il présentera plus tard à ses clients.



UNE OEUVRE D'UNE AMPLEUR PEU CONNUE

L'oeuvre de Roger Degas est importante et au-delà de la Vendée rayonne sur les départements voisins : la Vienne, les Deux-Sèvres, le Maine-et-Loire, les deux Charentes, et au-delà ... On la trouve dans des églises alors en construction et surtout en restauration, dans des chapelles, couvents et châteaux, voire chez des particuliers. Elle traite le plus souvent de thèmes religieux, et les vitraux portant sur les guerres de Vendée y sont à remarquer.

ROGER DEGAS VITRAUX

ROGER DEGAS OEUVRE 2En général il est à l'origine de ses vitraux de la maquette à la pose, mais il lui arrive d'en exécuter à la demande à partir de cartons d'autres artistes, tels ceux de la chapelle Saint-Lazare de Mortagne dont les dessins ont été réalisés par Van Guy (Yvan Guyet).
Roger Degas répugnant à signer ses oeuvres il n'est pas très facile de les retrouver aujourd'hui. On peut rencontrer ses "vitraux historiques" dans les églises de Pouzauges, Rocheservière, Saint-Hilaire-de-Mortagne, la Gaubretière, Saint-Laurent-sur-Sèvre, Chambretaud, Saint-Martin-des-Tilleuls, Saint-Mars-la-Réorthe, Saint-Aubin-des-Ormeaux ... Ils y sont souvent accompagnés d'oeuvres sur d'autres thèmes.

UNE FIN DISCRETE, A L'IMAGE DE SA VIE

L'âge venant, le travail lui est de plus en plus difficile. Il se trouve contraint de quitter Mortagne pour la maison de retraite de Mauléon. Il ne se fait pas à cette nouvelle existence, où il se trouve dépourvu de raison de vivre. Il décline et meurt. Il est enterré dans la discrétion, un triste 19 février 1981, accompagné d'un petit nombre d'amis.

Sources : témoignages et documents de Michel Martinet, ami de Roger Degas, et de Christian Mênard (Membres du Bureau de Recherches Historiques et Archéologiques de Mortagne - "BRAHM").